Les exclusivités des consoles ne font plus rêver ?

2
PARTAGER

C’est un secret pour personne, les consoles de nouvelles générations se vendent très bien. Alors que la Playstation 4 bat tous les records avec pas moins de 20 millions d’exemplaires vendues en 16 mois. La Xbox One quant à elle, n’est pas en reste en battant les ventes de la Xbox 360 sur une durée de commercialisation équivalente. J’avoue être le premier surpris de cet engouement sachant que je trouve le catalogue de jeu pas forcément exceptionnel pour le moment et notamment en matière d’exclusivités.

Si beaucoup de joueur s’entendent à dire que l’avenir des consoles se fera sans les exclusivités, et que les PS4 et Xbox One tendent vers un catalogue de jeux uniformes, ils ont surement raison. Or je pense que le poids des exclusivités est encore un facteur d’achat très important. Par exemple si vous aimiez lors de la précédente génération de consoles le genre action/FPS je vous aurais conseillé la Xbox 360 avec Halo, Gears Of War et Alan Wake. Pour des expériences de jeux, je vous aurais davantage dirigé vers la Playstation 3 avec les productions de thatgamecompany (Flower, Journey), LittleBigPlanet et les œuvres de Quantic Dream (Heavy Rain, Beyond Two Souls). Au final, le choix d’une console se fait désormais davantage sur la philosophie de la marque, les fonctionnalités (Kinect ou non), le prix, les bundles et l’équipement de votre entourage.

Car si on regarde bien, aujourd’hui quel est le poids des exclusivités ? Sont-elles aussi fortes que dans le passé ? Si la précédente génération de console pouvait compter sur des nouvelles licences exclusives comme Gears Of War ou Uncharted pour faire vendre des console, il faut admettre qu’aujourd’hui aucune des exclusivités proposées ne se placent comme system-seller. Des titres qui suscitent la convoitise, des jeux tellement époustouflants qu’on se jetterait à l’Auchan du coin pour s’acheter une console afin de jouer au produit de nos désirs !

Sony : beaucoup de promesses

Au premier abord, Sony ne m’a pas encore émerveillé avec l’une de ses exclusivités. Pourtant la firme japonaise tente par tous les moyens de plaire aux joueurs fidèles à la marque et aux nouveaux venus avec de nouvelles licences toutes fraiches. Seulement le constat est amer avec des suites peu inspirées mais loin d’être désagréables et des nouvelles IP « touche-à-tout » sans réel charme. Bref du réchauffé et du pas très frais. Je suis dur, car les jeux que je vais citer sont pour la plupart satisfaisants, voire bon et constituent des achats logiques et raisonnés, mais ne s’avèrent, au final, pas les titres qu’ils prétendaient être.

Ainsi DriveClub qui se devait être le pendant du Forza de Microsoft à essuyer bien des plâtres (serveurs en cartons, bug à outrances). The Order 1886 de Ready At Down se devait de devenir une alternative à Uncharted dans une époque bien plus sombre. Sauf qu’au final le jeu est certes sublime graphiquement parlant, mais bourré de QTE, de cinématiques et propose une histoire courte bien qu’intense. Un film interactif en somme, loin des promesses d’un titre nerveux et marquant. Et qui se souvient de Knack ?

The Order 1886

Sony ressasse les sempiternelles mêmes licences, mais le fait avec brio. C’est le cas du dernier épisode de Killzone intitulé KillZone Shadow Fall et LittleBigPlanet 3. Des titres bons, mais qui ne bouleversent en aucun cas les codes et fondements de leurs séries respectives.

LittleBigPlanet 3

Après en creusant un peu, Sony a pourtant quelques cartouches savoureuses à nous proposer dans les prochains mois. De Tearaway Unfolded, à Drawn to Death, en passant par Rime ou No Man’s Sky, Sony semble bien préparé à livrer des softs culottés, bien loin des FPS ou jeux d’actions grand public. Un pari osé qui ravira les joueurs en mal de poésie et de concepts graphiques (soit une partie infime des joueurs) et mettra sur le carreau les adeptes de bons grosses licences triple A. Idem pour Bloodborne, un titre ultra difficile dans la même veine que la série des Dark Souls.

Rime

Avec le report d’Uncharted 4 pour le printemps 2016, Sony semble être en mauvaise posture pour assurer ses arrières en fin d’année. Sauf si lors de l’E3 prochain, la firme japonaise nous propose, ô surprise, la suite des aventures de Kratos, un Gran Turismo ou une sortie miraculeuse de The Last Guardian (on peut rêver, non ? :p ) pour Noël . A moins qu’Horizon, le titre de Guerilla Games (Killezone) fasse parler de lui prochainement … qui sait ?

Microsoft : en attente de system sellers

Pour Microsoft nous avons la même configuration que chez Sony. Les plus grosses attentes résident sur des licences déjà bien connues des fans de la marque. Or, bien que le cinquième épisode d’Halo soit programmé pour la fin d’année, Gear Of War semble encore bien mystérieux et ne sortira probablement pas cette année, ni même l’année prochaine.

Microsoft a pourtant proposé quelques nouvelles exclusivités, mais comme pour son concurrent direct Sony, les titres ont eu un arrière-gout d’inachevé. Entre Ryse Son Of Rome très joli mais terriblement répétitif et Titanfall qui s’avère court (pas de réel mode solo) et pas aussi bluffant qu’annoncé, Microsoft a longtemps tâtonné. Et que dire du projet Spark, maintes et maintes fois mis en avant durant les conférences, une sorte d’ersatz de Minecraft (jeu bac à sable où l’on peut créer un monde, définir des scripts et donc créer des jeux). Oublié de tous aussitôt lancé en octobre dernier.

Titanfall

Même Sunset Overdrive du studio Insomniac Game (avant un studio fidèle à Sony) n’a pas fait mouche avec son caractère ultra-répétitif, sa bande son assourdissante et son level-design discutable. Pourtant le soft avait de quoi être original et donner du fun à la liste des exclus de la console. Microsoft a heureusement pu compter sur son savoir-faire. Un savoir-faire traduit par la licence Forza avec deux épisodes réussit (Forza 5 et Forza Horizon 2).

Sunset Overdrive

Après un premier semestre désespérément vide (à part le très onirique Ori and The Blind Forest, un titre de niche qui vaut le détour mais qui ne se place pas en cash machine), la firme de Redmont doit absolument sortir pour le reste de l’année des titres de qualités qui cristallisent à eux seuls l’achat de la console. Rattraper son retard en matière de vente, mais aussi effacer les erreurs de communication du lancement de la console seront des points vitaux pour la Xbox One. En espérant que Halo 5 soit l’ultime system-seller de la console, qui profitera en plus de l’absence d’Uncharted 4 sur la période. On peut aussi compter sur un projet surprise du studio Rare pour alimenter le catalogue de jeu de cette année.

N’oublions pas que Quantum Break, le titre développé par Remedy (Max Payne et Alan Wake) a été décalé pour l’année prochaine.

Quantum Break

Nintendo : Un cas à part

Du coté de Nintendo, nous avons le phénomène inverse. Seule cette dernière propose des titres solides sur son support, si bien que la firme japonaise se place comme unique sauveuse de son hardware. Un phénomène de déjà-vu par le passé, mais pas aussi prononcé. En effet sur Nintendo 64, Nintendo pouvait compter sur le soutien du studio britannique Rare, sur Gamecube de Capcom et sur Wii d’Ubisoft pour proposer autre chose que des titres « faits maisons ». Hors sur Wii U, les éditeurs tiers semblent tous frileux à l’idée de sortir des jeux sur la console. Il faut donc compter sur les prouesses de Nintendo à proposer des titres exclusifs à sa console et heureusement le talent de la firme n’est plus à démontrer et la catalogue possède bien des hits : Super Mario 3D World, Donkey Kong Country Tropical Freeze, Pikmin 3, Mario Kart 8, Super Smash Bros et dans une moindre mesure Hyrule Warrior, Captain Toad et New Super Mario Bros U.

Mario Kart 8

Seulement il existe tout de même de jolis essais de développeurs tiers à l’instar de Wonderful 101 du studio Platinium Games et Zombi U d’Ubisoft. Mais si la console propose bon nombre d’exclusivités plus ou moins de taille, la Wii U est bien souvent mise de côté en ce qui concerne la sortie de jeu multi-support. Bien que l’on ait eu au début de son existence des jeux sortis en retard sur Wii U (Darksiders 2 , Mass Effect 3, Deus Ex …), il faut avouer que les derniers titres sortis ont clairement fait l’impasse à la manière du dernier Call Of Duty, de Destiny, d’Evolved et de FarCry 4.

C’’est pourquoi je considère la Wii U comme une très bonne console de complément où l’on trouve les titres « made in Nintendo » qui sont à coup sûr de très bons titres, mais également des jeux multijoueurs en local, funs et conviviaux avec le trio Mario Party, Super Smash Bros et Mario Kart 8 en tête de liste. Les exclusivités font nettement vivre la console et s’avèrent un argument de choix pour son acquisition.

Pour l’avenir, Nintendo semble resté sur cette même optique en proposant des jeux de tailles exclusifs à la console quitte à titiller la fibre nostalgique des joueurs avec le retour de Stars Fox et la venue de Zelda en fin d’année. Idem pour le très charismatique Yoshi Wooly World fait entièrement en tissu qui rappelle Yoshi’s Story sur N64. Après je vous avoue qu’un petit F-Zero derrière les fagots et le retour de Samus Aran seraient la bienvenue, afin de faire taire une bonne fois pour toutes les personnes qui jugent la Wii U « sans jeux ».

Zelda sur Wii U

Cet article vous intéresse ? Découvrez des informations en complémentaires sur JoysPix’, mon blog consacré aux jeux graphiquement originaux ! ::p

Yoshi Wooly World

Ori and the Blind Forest

2015 : l’Année de Sony ?

Laisser un commentaire

2 Commentaires sur "Les exclusivités des consoles ne font plus rêver ?"

Notification
avatar
Classer par:   + récents | + anciens | mieux notés
Frederic
Invité

Et moi donc ! Surtout qu’il m’a l’air somptueux avec ses graphismes à la fois détaillés et proches du cell-shading dans son utilisation des textures.

Damien
Invité

Oui, j’ai hâte de connaître le prochain Zelda !

wpDiscuz