Nexus 9 : la 1ère tablette sous Lollipop [Test]

0
PARTAGER
Nexus 9 : la 1ère tablette sous Lollipop [Test]

Voilà, cela fait déjà quelques jours que j’utilise la tablette Nexus 9. Après un premier retour effectué ici,  je vous livre mes impressions sur les différents thèmes habituels de mes tests. Pour ceux qui n’auraient pas eu le temps de lire ma première publication, la Nexus 9 est le résultat d’une étroite collaboration entre le constructeur coréen HTC et le géant Google. Elle constitue le premier appareil High-Tech à recevoir l’OS Android 5.0 Lollipop. Pour ceux qui ne s’intéressaient pas à ce domaine jusqu’à maintenant ou qui ont vécu sur une île abandonnée pendant plus de 5 ans, il s’agit de l’OS développé par Google. L’autre produit concerné, avant le déploiement de cette version par les différents constructeurs et opérateurs, est le smartphone Nexus 6. Pour la tablette Nexus 9, le défi est double : faire aussi bien que la Nexus 7 (pour Google) et faire beaucoup mieux que la Flyer (pour HTC). Les deux protagonistes avaient tout à gagner à concevoir un produit de qualité. Qu’en est-il vraiment ?

Package

La tablette est livrée dans une boîte de forme rectangulaire et de couleur blanche. Elle se démarque de toutes les autres boîtes par l’absence de visuels et de caractéristiques du produit. Son seul signe distinctif est le chiffre « 9 » présent en relief sur le couvercle de la boîte. Son contenu est aussi dépouillé que le contenant : on y trouve deux petits compartiments contenant le câble USB et l’adaptateur secteur.
Que la boîte ne soit pas ornée de visuels et soit monochrome ne me gêne pas mais pour un produit annoncé comme haut de gamme, on aurait pu s’attendre, par exemple, à trouver un guide de prise en main rapide. La nouvelle version Android étant haute en couleurs, un petit fascicule reprenant ce thème aurait apporté quelque chose de plus. C’est beau de rêver mais pourquoi pas trouver le même type de documentation que celles qu’on trouve pour les smartphones. Ce sera pour une prochaine fois…

Fiche technique

Avant de démarrer la description de la Nexus 9, je vous propose de vous remémorer ce qu’elle a sous le ventre, en d’autres termes, sa fiche technique. Cette tablette fonctionne grâce à un processeur Nvidia Dual-Core Tegra K1 64-bits cadencé à 2,3 GHz accompagné d’une mémoire vive de 2 Go. La version testée contient un espace de stockage de 16Go mais elle est également proposée en version 32Go. Elle est équipée d’une écran IPS de 8,9″ et de deux capteurs photo ainsi qu’un flash Led (8Mpx pour le principal et 1,6Mpx pour celui en façade). Pour la connectivité, elle a tout ce qu’il faut : WiFi a/b/g/n/ac MIMO, Bluetooth 4.0, NFC ainsi qu’une puce GPS. Pour parfaire cela, elle existera bientôt en version WiFi / LTE (pas encore disponible sur le Google Play). Il lui manque un emplacement pour une carte mémoire afin de compenser une version 16Go qui peut rapidement trouver ses limites et peut-être qu’un plus de mémoire vive (3Go au lieu de 2Go) aurait été plus en adéquation avec le reste de la configuration et le positionnement haut de gamme souhaité par Google.

Description

Le modèle Nexus 9 testé est vêtu d’une robe blanche mais vous pouvez la trouver en 2 autres coloris (noir bleuté et sable). Exceptionnellement, je commencerai le tour de cette machine par la façade arrière. On va trouver, dans le coin supérieur gauche (en position verticale ou portrait), le capteur photo et son flash Led. L’appareil photo ressort de la surface de la tablette mais ce n’est ni trop prononcé ni gênant. La forme de la coque évite tout contact avec le capteur quand elle est posée sur le dos.

141214_Nexus_9_12

Le logo Nexus prend position au milieu de cette coque arrière tandis qu’un logo HTC, plus petit, est centré tout en bas de la tablette.

141214_Nexus_9_09

141214_Nexus_9_11

Même si la prise casque est situé sur la tranche supérieure, on en devine l’emplacement du fait de la forme de la coque à cet endroit. Sur la tranche opposée, on ne trouve que l’emplacement pour recevoir la prise micro-USB (chargement de la tablette et transfert de données). Parmi les côtés assez fin de la Nexus, seul celui de droite (quand la tablette est de face) contient des boutons physiques : On/Off et barre de volume. Il n’y a aucun autre bouton, même sur la face avant. Ceux permettant la navigation au sein de la tablette sont tactiles et sont matérialisés par des icônes (respectivement Retour, Home et Multitaches) qui positionnés à différents endroits de la face avant suivant comment vous tenez la tablette.

141214_Nexus_9_10

Sur l’avant, on retrouve un héritage de HTC : deux hauts parleurs positionnés à chaque extrémité de la tablette. Cela lui permet de bénéficier d’une bonne qualité de son (technologie HTC BoomSound). Le deuxième capteur photo est situé au centre dans la partie supérieur de la tablette, à côté des différents capteurs. Mis à part les bordures qui mériteraient d’être plus réduites, le reste de la surface est occupé par l’écran.

141214_Nexus_9_13

HTC nous avait habitué à mieux en termes de conception car la coque arrière, pour la Nexus 9, est constituée de plastique. La couleur mat enlève un peu de cet effet plastique mais ça ne suffit pas. Dans le cas d’une collaboration entre deux sociétés, il faut arriver à satisfaire les deux parties tout en restant dans la fourchette des coûts de fabrication définie dans le cahier des charges. Un dos conçu à base d’un revêtement plus noble (comme les HTC One et HTC One M8) aurait automatiquement eu un impact sur le coût de la machine à moins de faire d’autres concessions par ailleurs. En termes de finition, il n’y a rien à dire sur les boutons physique (pas de jeu ou de bruit particulier). Par contre, il y a quelque chose de plus étonnant sur cette coque arrière : on dirait qu’il manque quelque chose au centre. Je n’irai pas dire que cela sonne creux mais la résonance est différente au centre par rapport au reste de la coque. Tout n’est pas en plastique non plus : la tablette a le droit à un cerclage en métal.

Interface

La Nexus 9 est le premier produit commercialisé avec Android 5.0 Lollipop, la dernière version de l’OS Google. Alors que les opérateurs et les différents constructeurs communiquent sur leur planning de mises à jour (dont Android 5.0) la Nexus 9 peut déjà mettre en avant ses nouveautés et même bénéficier d’une mise à jour 5.01 installée durant ce test. Le Nexus 6 vient étoffer la gamme des produits Google équipés de Lollipop. Pour les autres, actuellement, seuls certains pays comme la Pologne ou apparemment certains privilégiés (je ne peux dire pourquoi ni comment) ont, par exemple, déjà pu installer la mise à jour sur le LG G3.
A contrario du dernier haut de gamme LG, la Nexus tourne sur une version Android pure. On peut donc goûter en avant première aux nouveautés dont la plus visible est sans aucun doute l’adoption du material design. Cette nouvelle interface très colorée s’applique également aux Google Apps (Maps, Calendar, Gmail,…). Les autres nouveautés ont été déjà un peu décrites dans mon article sur la version Android 5.0 pour le LG G3 : volet de notifications, multi-tâches, gestion des priorités et du multi-comptes. Sur la Nexus, on a le droit, en plus, du fait de l’absence de surcouche, à une refonte du menu Paramètres, plus clair et aéré et à des pages Applications sur fond blanc. C’est plus sympathique que les pages noires et le blanc contraste bien avec les couleurs du thème Lollipop. J’allais l’oublier : le clavier virtuel est également passé dans les mains d’un designer.

141214_Nexus_9_03

141214_Nexus_9_06

Le nouveau volet de notification a été scindé en deux. Je m’explique. En effectuant le geste habituel (glissement vers le bas depuis le haut de la tablette), un premier volet apparaît et présente quelques éléments mais c’est avec un deuxième mouvement qu’on visualise toutes les options (Wi-Fi, Bluetooth, rotation de l’écran,…). Les notifications sont présentées sous forme de cartes (à la sauce Google). Un geste vers un côté ou un autre balaye la carte et la fait disparaître de l’écran. Un clic sur l’une d’elle permet de basculer vers l’application concernée.

141214_Nexus_9_05

La gestion des priorités ou du « Ne pas déranger » semble identique à celle présentée en premier lieu sur mon dernier article sur le LG G3. Quant au nouveau menu Paramètres, il est désormais présenté en 2 colonnes et les différents items sont regroupés par sujet. Il est sûr que la taille de l’écran rend cette nouvelle présentation encore plus lisible. L’avantage supplémentaire est que ceux qui connaissent déjà l’OS Android ne seront pas perdus : même si la partie visuelle a été modifiée, on retrouve vite les différentes options.

141214_Nexus_9_04

Cette version se permet même de reprendre le concept de « Knock On » de LG inauguré en premier lieu sur le LG G2 (puis repris sur les versions suivantes et par certaines autres marques dont Sony). Vous pouvez donc réveiller la tablette en tapotant deux fois sur son écran mais vous ne pouvez pas la mettre en veille de la même manière. Pour le moment, c’est encore, si je ne dis pas de bêtise, une exclusivité réservée aux derniers smartphones LG.

Ecran

La Nexus 9 est équipée d’un écran IPS de presque 9″ (8,9″ exactement) dont la résolution est de 2048 x 1536 px (supérieure à de la Full HD) . Tout comme les iPad Air (9,7″) et iPad Mini (7,9″) elle adopte un format 4:3, format différent de la tablette Nexus 7 (écran 7″ au format 16:10). Il est vrai que pour manipuler la tablette, ce format est vraiment agréable. N’ayant pas testé les autres produits Nexus, je ne peux comparer la qualité de son écran aux leurs mais celle de la Nexus 9 est bonne : couleurs, contraste et luminosité sont au RDV. Concernant, la luminosité,  je ne l’ai testé qu’en intérieur et il n’y a rien à ajouter, elle est bonne.

Appareil photo

La Nexus 9 peut prendre des photos et des « selfies » grâce à ses deux capteurs. Le principal, au dos de l’écran est de 8Mpx tandis que celui présent en façade, en haut et au centre de l’appareil, est de 1,6Mpx. Le capteur principal se trouvant dans un coin, attention à bien positionner ses mains lors de la prise d’une photo sous peine de les voir apparaître à travers l’objectif.
Pour moi, l’appareil photo n’est pas le composant le plus utilisé sur les tablettes. Autant, le capteur en façade va permettre d’effectuer de la visio mais pour le capteur principal, son utilisation est encore plus anecdotique mais ce n’est que mon avis personnel. Nous n’avons le droit qu’à un capteur 8Mpx mais tout le monde sait que le nombre de pixels ne fait pas la qualité d’un appareil photo mais là, je n’ai pas trouvé que c’était un des points forts de la tablette. Il est vrai que l’interface est simple et intuitive mais ça ne suffit pas à en faire un un bon APN, surtout pour une tablette qui cherche à se positionner sur du haut de gamme.

Performances

Le premier résultat de benchmark publié dans l’article sur la prise en main n’a pas menti : la Nexus 9 est bien l’une des machines les plus puissantes du marché. Cela se vérifie aussi bien avec d’autres benchmarks que lors de l’utilisation de la tablette. Elle est rapide et réactive. Elle répond au 1/4 de tour quelque soit la tâche qu’on lui confie. Finalement, ce n’est pas sur ce terrain qu’on pourra la coincer mais tout n’est pas non plus parfait, malheureusement.

141214_Nexus_9_01

Même si les jeux se lancent rapidement et que je n’ai remarqué aucun blocage ou ralentissement, le rendu n’est pas toujours si bon que ça. C’est sur la partie graphique que la tablette n’est pas au RDV et c’est plutôt étonnant vu les composants qui la constituent. En fait ce sont peut être ses même éléments qui empêchent de rendre une copie parfaite. Tous les jeux ne sont pas encore optimisés pour son processeur et de ce fait affiche un rendu pas du tout à la hauteur. C’est sur le jeux Real Racing 3 que c’est le plus frappant. On remarque de suite l’aliasing (effet d’escalier sur les contours des objets). Le jeux est fluide, l’impression de vitesse est présente mais on est déçu par l’apparence graphique des voitures. C’est pas du tout visible ou beaucoup moins sur les autres jeux testés (Fightback, Bruce Lee, Real Boxing)

141214_Nexus_9_08

L’autre point relevé après des séances de jeux et de benchmarks est que la tablette a tendance à chauffer. La zone ayant la température la plus élevée se situe dans la partie haute (quand on la tient en mode vertical) à peu près au milieu, non loin du capteur photo. Pas de chance car il s’agit d’un des emplacements de la main en mode « jeux « . Cela ne peut donc pas passer inaperçu. On peut donc supposer que les composants sollicités se trouvent à cet endroit, sous la coque.

Batterie

Etant donné les composants de la tablette, on aurait pu s’attendre à une batterie en conséquence. Finalement, celle qui alimente la Nexus (6700 mAh) s’avère un peu juste, surtout si vous profitez des performances de la Nexus 9 pour jouer et apprécier le format de son écran en visionnant des vidéos. La batterie ne suffit pas à tenir beaucoup plus d’une journée (en utilisation « simple »). Cela descend aux alentours de 8-9h en utilisation plus intensive. Ce n’est vraiment pas le point fort de la tablette mais ce n’est pas le seul point gênant : la durée nécessaire pour la recharger est trop importante. Pour un appareil aussi récent et qui est censé pouvoir être emporté partout, le fait de devoir la charger pendant plus de 4h nécessite de vérifier souvent son niveau de batterie et d’anticiper son chargement avant un déplacement. Alors que certains smartphones sont désormais conçus pour permettre d’atteindre un certain niveau de batterie très rapidement, la Nexus 9 rate le coche sur ce sujet.

141214_Nexus_9_07

Conclusion

HTC et Google nous ont conçu un bien belle tablette qui, sur le papier, a tout pour réussir : écran et son de qualité, puissance à toute épreuve, OS Android 5.0 et format facilitant la prise en main. Dans les faits, ce bilan positif est un peu entaché par quelques défauts : coque arrière qui aurait mérité un travail supplémentaire, jeux pas toujours optimisés pour la configuration de la tablette , version 16Go trop juste et tablette qui chauffe lors d’un effort. La tablette fait-elle ce qu’on lui demande ?  Oui, oui et oui, assurément . Il faut espérer que son prix positionné haut de gamme ne refroidisse pas certaines personnes (489 € en 32Go et 569€ en 32Go LTE). Elle est disponible sur le Google Play.

Laisser un commentaire

Soyez le premier à commenter!

Notification
avatar
wpDiscuz