Rétro Studios : Studio prolifique

0
PARTAGER
Retro Studios

Âgé d’une quinzaine d’années, le studio a su se faire une place remarquée dans le domaine vidéo ludique avec une poignée de jeux d’exceptions. Le studio fait figure de modèle tant il œuvre dans la qualité de ses titres au détriment de la quantité.  Il est vrai que pas un seul jeu n’est de piètre qualité, voire n’est médiocre. Une situation rare pour un studio, dans un marché devenu saturé où la créativité et l’ingéniosité est mise à mal par le grand gourou de la facilité et du business. Sans fausse note, le parcours du studio sonne comme exemplaire. Rétro Studios s’offre même la spécialisation de ressusciter des licences cultes  en y insérant de nouvelles idées de gameplay ou en réinventant les codes d’une série.

Le génie du studio réside dans le fait de proposer une vision nouvelle à des jeux d’anthologie. Ainsi Metroid Prime est la relecture en trois dimensions des mythiques épisodes sur NES et Super Nintendo de Samus Aran. Donkey Kong Country Returns est une version rafraîchie et moderne des jeux de plates-formes Donkey Kong Country sortis sur la console 16bits de Nintendo. Vous l’aurez compris, entre le géant japonais Nintendo et Rétro Studios c’est l’amour fou. Même plus, puisque le studio texan basé à Austin appartient à Nintendo depuis 2001. Le géant japonais fourni la matière, Rétro Studios la transforme et en fait des bijoux.

Rétro Studios = Nintendo

En 1998 la Dreamcast de Sega fait tourner toutes les têtes et Sony et Nintendo peaufinent leurs futures consoles en secret. Nintendo voit vers l’avenir, mais avant d’enterrer la Nintendo 64, la firme enchaine les hits avec notamment Zelda : Ocarina of Time qui a su relancer les ventes de la console. Seulement d’autres développeurs soutiennent la console comme Rare ou Acclaim. Ce dernier d’ailleurs a offert la série des Turok à la console, dont le but est de déglinguer des dinosaures (je vous la fais courte ^^). À la barre de cette série de trois jeux, un homme, Jeff Spangenberg.  Celui-ci fonda en 1998 le studio Rétro Studios qui avait pour objectif de développer des titres pour la future console de Nintendo, appelée encore sous son nom de projet : Dolphin.

Or à l’aube du millénaire, soit en 2000, Nintendo demanda à Rétro Studios d’arrêter tout projet en cours afin de se consacrer à un titre révolutionnaire : Metroid Prime. Fini le projet Dolphin, la Gamecube sortira en 2001. Après avoir apposé ses lettres de noblesses au genre, Samus Aran revient donc deux ans après la sortie de la console afin de consolider son catalogue de jeux déjà bien fourni avec Zelda : The Wind Waker, Mario Sunshine et Pikmin. À mi-chemin entre un jeu d’aventure et un FPS, Metroid Prime invente un genre hybride de FPA, soit Firt Person Adventure. Durant son développement,  Rétro Studios passe entièrement chez Nintendo avec la vente des parts du studio détenu par son fondateur Jeff Spangenberg  à Nintendo. L’homme démissionna quelques temps après.

Les Metroid Prime

Le soft reprend les codes de la série, on retrouve donc le bestiaire, certains boss, l’arsenal et les caractéristiques de Samus (boules morphing, roquettes, différents types d’armures). Le résultat est bluffant et érige le titre comme un indispensable de la Gamecube.  Véritable fer de lance du savoir faire du studio, Metroid Prime fut, comme premier jet, une réussite totale difficilement critiquable tant ses qualités sont évidentes. 

Deux ans plus tard, Rétro Studios remet le couvert en proposant une suite des aventures de Samus Aran. Moins marquant que son prédécesseur, avec l’effet de surprise en moins, cet opus n’en demeure pas moins d’excellente facture. Nommé Metroid Prime 2 : Echoes, cet épisode marque quand même l’arrivée de quelques nouveautés comme un multijoueur plus qu’anecdotique. Dur de faire mieux que Metroid Prime qui a su créer un genre à part entière.

En 2007, la saga des Metroid Prime se voit clôturer par un troisième et dernier épisode : Metroid Prime : Corruption. Tout en gardant la même recette des précédents volets, cet ultime épisode de la trilogie sorti cette fois-ci sur Wii tire partie des fonctionnalités de la console. Et pour ainsi dire j’ai été bluffé par l’ergonomie bien pensée de la jouabilité à la wiimote. Je m’attendais à un truc bancal et il n’en fit rien ! Souple, intuitif et précis la maniabilité via la wiimote offre une expérience de jeu poussé qui aide à l’immersion du joueur. Et tout ceci sans nous donner la nausée, à contrario de Metroid Prime Hunters sorti sur Nintendo DS. 😉

Rétro Studios avec la série des Metroid Prime a su montrer toute l’envergure de ses talents. Des graphismes somptueux, à une maniabilité intuitive, en passant par un level-design solide et cet incroyable sentiment de solitude qui émane du jeu, on peut dire que la série a marqué au fer rouge son empreinte dans l’histoire du jeu vidéo. Qu’on adhère ou non à l’univers, Metroid Prime se doit d’être parcouru pour tout joueur curieux et en mal de nouvelles expériences.  Et pour ceux qui ne sont pas prêts à dénicher ces trois jeux en brocantes, prenez-vous Metroid Prime Trilogie sorti sur Wii début 2010. Vous aurez ainsi à porter de main trois jeux cultes avec en prime (hu hu) la maniabilité de la wiimote sur les deux premiers épisodes. Une affaire ! 😉

Donkey Kong Country Returns

Comme un nouveau challenge, le studio met de côté l’héroïne blonde pour un primate en mal de bananes. Fini les aventures spatiales, les développeurs se penchent sur un jeu de plate-forme coloré et fun. Présentée durant l’E3 2010, l’annonce de Donkey Kong Country Returns a fait l’effet d’une bombe tant pour les fans de la série que pour les adeptes de jeu de plate-forme à l’ancienne. L’annonce fut le véritable clou du spectacle après la présentation du remake de Goldeneye et de Kirby : Au fil de l’aventure. Je me souviens encore des bruits de singes avant de voir en vidéo des phases de gameplay variées et rudement bien travaillées. Un grand moment comme on aimerait en voir plus.

Sans bouleverser les fondements du titre, cet opus apporte modernité au soft. Un peu mois de vingt ans après la sortie du premier épisode, le dernier de la saga n’a perdu en rien de sa magie et de son fun. Pour ceux qui sont passés à côté de ce chef d’œuvre, qui pour ma part surclasse Rayman Origins, ruez -vous sur l’adaptation prévu avant l’été sur 3DS !

Une aide de premier choix

Après un démarrage quelque peu difficile, la 3DS a su se remettre d’aplomb à coup de softs bien calibrés dont le très convivial Mario Kart 7. Indispensable, inné pour tous possesseurs de la console, Mario Kart 7 a pu bénéficier du travail des développeurs de chez Nintendo, mais aussi de Rétro Studios. Un choix judicieux tant le titre se révèle bon. Je vous ferai d’ailleurs part de mes impressions sur Mario Kart 7 dans un prochain billet.

Apres la trilogie des Primes clôturés, un Donkey Kong Country Returns de très bonne facture réalisé, et une aide précieuse à la réalisation de Mario Kart 7, on ne peut qu’avoir hâte de découvrir le prochain hit en développement. On imagine bien que le studio travail sur une autre licence forte de Nintendo pour la Wii U. Un StarFox qui sait ?

Laisser un commentaire

Soyez le premier à commenter!

Notification
avatar
wpDiscuz