Satoru Iwata – Le PDG visionnaire de Nintendo

1
PARTAGER

Je suis encore sous le choc. C’est la gorge nouée, les mains moites et la palpitons qui bat encore trois fois plus vite qu’a l’accoutumée que je vous livre quelques lignes sur l’immense carrière que fut celle de Satoru Iwata. Si les projecteurs sont souvent braqués sur Shigeru Miyamoto, père de Mario, Zelda et autres séries cultes du giron de Nintendo, Satoru Iwata figurait également comme un des piliers de la firme japonaise. Emporté par un terrible cancer samedi dernier, je vais tacher de vous dévoiler les nombreux travaux que l’on doit à Satoru Iwata, PDG de Nintendo depuis 2002 mais avant tout un éternel joueur soucieux de l’image que renvoyait la société de part le monde.

Un programmeur hors-pair

Durant ses études, Satoru Iwata découvre avec curiosité l’informatique et la programmation qui deviendront une réelle passion au fil des années. Par plaisir il commença à programmer de petits programmes sur une calculatrice Hewlett-Packard HP-65, et le jeune Satoru se révéla brillant dans le domaine. A l’institut des technologies de Tokyo il travailla à mi-temps dans une petit société de conception de jeux vidéo : HAL (société qui créera des années plus tard les licences Kirby, Super Smash Bros). Fort de son expérience au sein de l’entreprise, ce dernier rentra en temps que cinquième salarié dans la société. Ayant foi en l’avenir et sachant que le jeux vidéo était le futur, Satoru Iwata mit les bouchées double afin de devenir un programmeur hors pairs. Après avoir développé des périphériques pour PC et pour MSX, la société HAL souhaite peu à peu se rapprocher du grand nom de l’époque en matière de jeux vidéo : Nintendo. En effet la firme japonaise est en plein boum avec la succès retentissant des consoles portables Game & Watch et Satoru Iwata voyait une fusion des deux sociétés comme une évidence.

Après avoir sauvé le projet Nes Pinball, Satoru Iwata enchaînera durant des années le développement de jeux majeurs sous l’œil attentif de Nintendo, jusqu’à ce que le studio HAL devienne en 1986 un développeur affilié à Nintendo. Ainsi Satoru Iwata gagne petit à petit une réputation de développeur de l’impossible en façonnant des jeux au gameplay ambiguë et singulier :

  • Balloon Fight (1984)
  • Mother (1989)
  • Kirby’s Dream Land (1992)
  • Super Smash Bros (1999)
  • Super Smash Bros Melee (2001)

Satoru Iwata

Sa vision du jeu-vidéo

À la tête de la société en 2002, la compagnie est dans une mauvaise passe. Si Nintendo reste le roi indétrônable des consoles portables avec sa GameBoy Advance, le constat est tout autre sur le pendant des consoles de salons. Bien que plus puissante que la Playstation 2 de Sony et disposant d’une ludothèque certes légère mais affublée de jeux d’exceptions, le Gamecube de la firme n’enregistre que peu de ventes. Un constat qui ne viendra pas s’arranger au fil des années de la vie de la console. 22 millions de consoles vendues plus tard, le Gamecube se retrouve bonne dernière derrière l’insolent succès de la Playstation 2 avec plus de 150 millions de consoles distribuées et derrière le nouvel entrant dans la guerre des consoles : Microsoft.

C’est sous l’impulsion de Satoru Iwata que la tendance va véritablement s’inverser. Nouvelle philosophie, campagne marketing offensive, la Nintendo DS et la Wii seront les plus grands succès de sa carrière. Et pour cause ! Si la console avec ses doubles écrans ne bouleversa pas les foules à son annonce face au petit bijou de technologie que fût la Playstation Portable de Sony, Satoru Iwata cru au potentiel de sa machine. L’Histoire lui a donné raison. La console se vend par millions épaulée par des séries de jeux populaires et universelles : Animal Crossing, Programme d’entrainement Dr Kawashima, Nintendogs. Le catalogue de jeux éclectiques de la console en fait un véritable rouleau compresseur qui touche tout les types de joueurs : casual, expert, homme, femme, enfants, adultes.

Au yeux de Satoru Iwata le jeu vidéo se devait d’être un loisir universel qui se doit d’expérimenter de nouvelles façon de jouer pour toucher un panel de joueur toujours plus grand. Avec la Nintendo DS et dans une plus grande mesure la Wii, Satoru Iwata bouleverse les codes instaurés par la société elle-même ainsi que les concurrents de l’époque. Fini la course aux graphismes, le renouveau se passe dans la manière d’appréhender la façon de jouer au jeu vidéo. Si certains grimaceront du succès insolent de la Wii de 2006 à 2010, prônant le manque cruelle de nouvelles licences marquantes et la proliférations de jeux de seconde-zone tirant parti uniquement de la Wiimote, il faut avouer que Nintendo frappe fort. Cette révolution viendra inspirer la concurrence quelques années plus tard avec le Ps Move de Sony et le Kinect de Microsoft. Si la manette Wiimote faisait partie intégrante du package de la Wii, le Ps Move et Kinect servaient qu’à redonner un second souffle à la Playstation 3 et à la Xbox 360.

wii-and-ds

Si la Wii remet le jeu vidéo sur les rails du divertissement, c’est grâce à des jeux ambassadeurs calibrés pour plaire aux familles nombreuses, bandes d’amis et amateurs de licences « made in Nintendo ». Ainsi si la console compte dans son catalogue les éternelles aventures de Link, Mario et Samus, la console se pare aussi de nouvelles licences comme Wii Sport et Wii Fit afin de toucher une nouvelle cible.

C’est donc fort de ces deux succès, que Satoru Iwata lance la Nintendo 3DS et la Wii U, des évolutions de la génération précédentes avec quelques innovations majeures : ajout de l’effet 3D pour la 3DS et la mablette de la Wii U. Encore une fois, Satoru Iwata privilégie les fonctionnalités et l’expérience de jeu d’une console. Si la Nintendo 3DS après des débuts moribonds a su remonter la pente au fil des mois, la Wii U constitue encore un échec pour Satoru Iwata. Aujourd’hui le catalogue de jeux de la console est certes de qualité, mais manque cruellement de titres multi-supports issus d’éditeurs tiers pour se faire une place au coté d’une féroce concurrence.

Une communication décalée

Satoru Iwata a également bouleversé l’image de la société japonaise et sa fonction. Accoutumé aux grands shows mondiaux (Gamescom et E3 en tête) durant des année, la société préfère échanger avec les joueurs à travers le biais de Nintendo Direct, des vidéos pré-enregistré lancé à une heure précise sur des écrans géant. Une stratégie qui sonne comme une manière de souligner sa différence avec les autres société, de ne pas donner de place à l’improvisation lors d’une conférence, d’éviter les éventuels couac de présentations, la liste est longue ! Des vidéos qui permettent aussi de mettre en avant l’âme d’enfants du trio Shigeru Miyamoto, Satoru Iwata et Regis Fils-Aimé (directeur de Nintendo América), comme lorsqu’ils se transforment en marionnettes durant le Nintendo Direct du dernier E3. Comme quoi il n’y a pas d’âge pour s’amuser !

Caricaturer les dirigeants de la firme, les travestir, les voir s’émerveiller en jouant aux jeux vidéo de demain, ses petites mises en scène ont permis de les rendre humains avant tout et de rompre le clivage entre les joueurs et leur hauts postes de responsables d’une multinationale. Créer de la proximité, insister sur des personnalités, parler aux joueurs ont été les priorités de ces séquences cultes.

L’avenir de Nintendo

Après le décès du très charismatique Hiroshi Yamauchi, l’ancien président de Nintendo qui a officié le rôle de PDG de la firme de 1949 à 2002, c’est un nouveau coup dur pour Nintendo qui doit trouver à sa tête une personnalité forte qui se doit de corriger les quelques erreurs de parcours de ses dernières années. Bien que la Nintendo 3DS marche encore très bien partout dans le monde, la Wii U semble ne pas décoller et c’est sans compter sur les efforts de Nintendo pour inverser la tendance. Splatoon, Yoshi’s Woolly World, Bayonetta 2, Captain Toad, on ne peut pas dire que Nintendo chôme depuis plus d’un an à raviver l’intérêt des joueurs envers sa console de salon. Qui pour la succession ? Shigeru Miyamoto ? Regis Fils Aimé ? Vous en pensez quoi ?

Article précédentL’application mobile, le nouvel outil promotionnel
Article suivantPrès de 30 ans d’histoire de films Marvel [Infographie]
Frédéric
Hi les geeks et geekettes. La tête entourée à la naissance par un cordon de manette de Nes, la vie avait plutôt mal commencé. Mais qu'à cela ne tienne ! J'ai toujours grandi avec ce besoin de partager ma passion. Créations de sites, de forums, animation de communautés, il n'en fallait pas plus pour que je me lance dans l'aventure UnSimpleClic. Apporter un œil critique sur les jeux actuels et à venir, disserter sur des jeux cultes, analyser et expliquer les succès et flops, c'est à vrai dire toute ma nature. Ce que j'aime le plus : apporter une dimension historique au domaine vidéoludique. Vous l'avez compris, je suis une intarissable grande gueule.

Laisser un commentaire

1 Commentaire sur "Satoru Iwata – Le PDG visionnaire de Nintendo"

Notification
avatar
Classer par:   + récents | + anciens | mieux notés
BlueGhost/Rafik
Invité

C’était et c’est encore un choc pour tous les joueurs de Nintendo comme pour les autres !
Très détaillé, merci pour tout Satoru Iwata 🙁

wpDiscuz