Sony Xperia Tablet Z, le test

6
PARTAGER

Après le test du smartphone Sony Xperia Z, voici venu le tour de la Sony Xperia Tablet Z. Annoncée lors du MWC 2013, Sony a dégainé le premier pour présenter sa tablette haut-de-gamme. Pour le moment le constructeur japonais ne semble pas prévoir de diversifier autant sa gamme que l’année écoulée où il avait présenté les Tablet S et Tablet P. Reste que cela viendra surement, Sony n’ayant aucun intérêt à laisser le milieu et le bas-de-gamme au Galaxy Tab/Note, Ipad Mini et autres tablettes dont le prix oscille entre 200 et 400€.

 

130521_tabletxperiaz_12

Caractéristiques :

Système d’exploitation (OS)Android
Version d’OS testée4.2.2
ProcesseurQualcomm S4 Pro – 1.5 GHz
Nombre de cœur4
GPUAdreno 320
Ecran10,1 pouces LCD full HD
Définition1920 x 1200 pixels, 224 ppp
Appareil photo8,1 Mp / caméra frontale 2 Mp
Mémoire interne / RAM / carte SDHC16 Go / 2 Go / oui
Autonomie
Dimensions / Poids172 x 266 x 6,9 mm / 495 g
Wi-Fi / Bluetooth / 3G / 4G (LTE)oui / oui 4.0 / oui / oui
Connectiquemicro SD, micro SIM, Jack 3.5 mm, mini-USB
Batterie6000 mhA (inamovible)
NFCoui

Si l’on reprend les caractéristiques du Xperia Z, la seule différence concerne la diagonale de l’écran et donc les dimensions. Nous devrions donc obtenir des résultats similaires quand à l’usage multimédia, le confort des 10,1 pouces en plus.

Reste que là encore, Sony reprend un processeur certes puissant, le Qualcomm S4 Pro, mais pour autant qui n’est plus le meilleur sur le marché. Le fondeur propose en effet une nouvelle référence avec la gamme des Snapdragon 600 / 800. Il sera donc difficile pour cette tablette de résister aux tablettes concurrentes qui en seront équipées voir de faire tout simplement faire bonne figure face au Tegra 4 de Nvidia.

Boîte et contenu :

Nous avons reçu pour ce test une version « prototype » de la tablette, livrée sans aucun accessoire. Normalement, la boîte commercialisée devra contenir les éléments suivants :

  • La tablette Sony Xperia Tablet Z
  • Le câble d’alimentation
  • L’adaptateur secteur
  • Une Carte SD

Ergonomie :

Point de surprise ici, l’ergonomie et le design sont, trait pour trait, ceux appliqués sur le smartphone Xperia Z. On retrouve donc les mêmes avantages avec des slots protégés par des caches destinés à assurer l’étanchéité de la tablette et les mêmes inconvénients avec les deux hauts parleurs situés sur la partie basse des deux tranches latérales.

Pour ce qui est des slots SD et micro SIM, Sony a fait un petit effort quand à leur utilisation mais les 7mm d’épaisseur de la tablette ne permettent pas de proposer un système simple d’insertion. Il faut donc faire attention et prendre le temps pour les insérer dans le bon sens.

130521_tabletxperiaz_01

130521_tabletxperiaz_11

Tablette oblige, Sony n’a pas doté la façade arrière d’une dalle de verre et se « contente » d’un dos en plastique qui pourrait jurer un peu avec le cerclage métallique et l’écran tout de verre vêtu. Pour autant l’aspect gomme du dos assure une bonne prise en main de la tablette.

130521_tabletxperiaz_02

Reste l’aspect général de la tablette : avec une diagonale de 10,1″, il serait raisonnable de douter de la portabilité de l’outil et en fait, non. Grâce à la finesse de la coque, moins de 7mm, Sony est parvenu à livrer une tablette haut-de-gamme pesant moins de 500 g. C’est assez remarquable. Reste qu’avec une telle impression de légèreté, la tablette semble bien fragile.

Pour ce qui est de la prise en main, j’ai apprécié les bords assez larges. Reste que lorsqu’on tient la tablette en mode paysage, les mains tombent naturellement au niveau des hauts-parleurs.. .ce qui aura pour conséquence logique d’assourdir le rendu. En mode portrait, le ratio 16/10 et les bords plus fins déséquilibrent la tenue de la tablette… Mais cet usage devrait être peu courant.

L’écran :

Avec cet écran 10,1″ LCD, la tablette permet d’obtenir un rendu des couleurs correct mais la profondeur des noirs est toujours aussi faible. Les angles de vision sont par contre meilleurs que ceux du Xperia Z.

Côté luminosité, c’est la catastrophe avec une valeur très faible. Autant dire qu’en extérieur, son usage est à proscrire.

Son :

Sur haut parleur, et à condition de poser la tablette à plat ou contre un support, le son est relativement correct, sans pour autant être agréable ou surprenant. Lorsqu’on la tient entre les mains, les hauts-parleurs sont masqués et le son devient quasiment inaudible (en jeu par exemple). Via la prise casque, le rendu est bon,

Interface et Navigation :

L’interface proposée est sobre et épurée ce qui convient bien au design de la tablette. La légèreté de l’ensemble procure l’impression que la tablette est d’autant plus légère. rien ne vous interdit pour autant de regrouper vos icônes par thème/sujet ou d’ajouter des widgets prenant la moitié de l’écran.

130521_tabletxperiaz_03

Ici Sony propose uniquement le clavier Android. Service minimum et autant il peut suffire sur un smartphone autant sur une tablette de 10 pouces, il est insuffisant.

130521_tabletxperiaz_05

 La navigation est agréable, la nécessité de zoomer peut présente en raison de la diagonale offerte.

130521_tabletxperiaz_04

Multimédia :

En usage vidéo, la tablette fait le travail, que l’on regarde des vidéos 720p ou 1080p. En jeu toutefois, il devient facile de trouver les limites de la tablette si l’on lance un gros jeu (Real Racing 3) et que l’on tente ensuite de basculer sur une application tierce déjà lancée, la tablette aura besoin d’un petit temps pour retrouver ses esprits. Reste le côté pratique de la chose, s’il est agréable de jouer sur un smartphone, le confort d’affichage de la tablette avec sa diagonale est un avantage certain. Reste à prendre le coup de main car le poids est quand même bien différent.

130521_tabletxperiaz_08

Autonomie :

Comme sur les smartphones, nous avons reconduit le test de la vidéo de 2h10 avec data 3g et wifi activés. Surprise agréable, la batterie conserve 79% de sa charge à l’issue de cette séance cinéphile. Reste, comme sur toutes les tablettes & smartphones, que l’utilisation intensive de la connexion data aura un impact direct sur la durée d’autonomie.

A noter que l’activation du mode STAMINA (économie d’énergie) permet de passer d’1 jour d’autonomie à 10 jours annoncés. La consommation des connexions wifi, 3g et bluetooth, couplé à un processeur cadencé à « seulement » 1,5 Ghz permet d’obtenir cette autonomie.

Stockage :

comme nous l’avions noté sur l’Xperia Z ou sur le Galaxy S4, la capacité réelle de stockage interne ne correspond pas à ce qui est vendu. 16 Go annoncés, au final nous en avons 11 réellement disponibles et encore, sans aucune application installées. Il serait bon que les constructeurs décident une bonne fois pour toute, où d’accroître la quantité de mémoire interne pour que nous bénéficiions de 16 Go où que le déplacement des applications vers la carte SD soit accessible sans devoir utiliser une ROM Custom.

Photo et vidéo :

Il ne faut pas s’attendre à obtenir les mêmes résultats qu’avec l’Xperia Z. Pas de stabilisation, pas de flash et une portabilité compliquée pour prendre une photo.

Rendu en 5M :

130521_tabletxperiaz_06

Rendu en 7M :

130521_tabletxperiaz_07

Comme sur le Xperia Z, le rendu paraît flatteur mais le rendu est  artificiel, avec une accentuation etune compression Jpeg trop appuyée. Agréable sur la tablette, les photos au tirage 10*15 risquent de ne pas être aussi plaisantes.

Conclusion :

Premier constructeur à présenter sa tablette haut de gamme 2013, Sony livre avec cette  Xperia Tablet Z un produit intéressant… mais définitivement pas au niveau de ce que l’on pourrait attendre. A commencer par les composants nettement en retrait, qui pénaliseront l’utilisation que l’on pourrait en avoir. Sans compter qu’il est peu probable que Samsung (pour ne citer que lui), fasse une erreur de même nature. A mon sens, Sony aurait peut-être du moins travailler sur l’étanchéité et la protection à la poussière et proposer un processeur plus actuel.

Concernant la tablette en elle-même, la faible luminosité alliée à sa fragilité apparente font que malgré un encombrement réduit, il sera peut-être difficile de concevoir de transporter cette Tablet Z malgré sa conception étanche.

Concernant les prix, voici les différents modèles qui seront commercialisés début juin :

  • un modèle 16 Go WiFi à 499 €
  • un modèle 32 Go WiFi à 599 €
  • un modèle 16 Go 4G + WiFi à 629 €

 

Points forts :

  • design
  • poids
  • autonomie

Points faibles :

  • processeur qui date un peu
  • emplacement des hauts-parleurs
  • rendu photo et vidéo
  • capacité réelle de stockage

130521_tabletxperiaz_09

130521_tabletxperiaz_10

Laisser un commentaire

6 Commentaires sur "Sony Xperia Tablet Z, le test"

Notification
avatar
Classer par:   + récents | + anciens | mieux notés
Carole
Invité

Je vous remercie pour ces détails. Je compte acquérir une tablette et ces description vont me servir.

Bruno
Invité

pour cet article, l’efficacité est très grande sauf que il est un peu lourd et son écran manque de visibilité. Le reste est impeccable!

valdor
Invité

alors là comme ça, vu qu’on a rendu la tablette, je peux pas trop dire… Mais la faute de frappe est plus que probable 🙂

Ma2thieu
Invité

Valdor te le confirmera mais ce que peux juste t’apporter comme précision c’est que Sony nous a prêté une version prototype de cette tablette, ceci explique peut-être cela…

Chamo
Invité

« Version d’OS testée 4.2.2 »
Ca m’étonnerait bien.
Sérieux, les testeurs…

wpDiscuz