Test #04 – Rage

0
PARTAGER
Rage

Id Software est l’un de ces studios mythiques qui ont contribué à l’essor du jeu vidéo durant les années 90′. En réalisant Wolfenstein 3D, Doom et Quake, coup sur coup, le studio texan a redéfini le jeu de tir à la première personne. Il est donc intéressant de connaître la vision moderne du FPS selon Id Software sur les supports actuels. 

Sorti en octobre 2011, le soft a su trouver son public et de bonnes critiques malgré une concurrence des plus acharnée dans une fin d’année tonitruante : Gears Of War 3, Battlefield 3, Uncharted 3, Skyrim et Zelda Skyward Sword. Dur de se faire une place face à ces mastodontes affublés d’un marketing puissants.

Pas de fioritures, mais du grabuge

Suite à la collision d’un astéroïde sur la Terre, vous vous réveillez des années après l’impact dans une capsule de survie au beau milieu d’un territoire détruit. Bien que des hommes tentent de reconstruire le monde, celui-ci est empreint au chaos. Morcelé en plusieurs territoires hostiles gardés par des tribus assoiffées d’étendre leurs zones d’influence, la vaste contrée du Wasteland semble être devenu un enfer. Et comme si cela ne suffisait pas pour vous accueillir, vous trouverez face à vous des hordes de mutants près à en découdre, ainsi qu’un gouvernement bien mystérieux souhaitant votre mort afin de régner d’une main de fer sur Wasteland. Dur.

Faisant fi d’une belle narration, Rage se veut direct et ne privilégie en aucun cas les bonnes formules. Classique, les gros poncifs du jeu post-apocalyptique sont présents et finalement je regrette, malgré un scénario en retrait mais efficace, qu’il n’y ait pas plus de profondeur et de nuances. Tout au long de l’aventure vous bourlinguez de lieux en lieux afin de trouver un peu de sécurité, des missions pour remporter de l’argent ou encore fuir vos ennemis. Pas tellement novateur et surtout un côté décousu qui, au début, peut laisser pantois. Je dois dire que mon avis sur le jeu a considérablement évolué tout au long du jeu. Si jusqu’au premier tiers, le jeu ne m’a clairement pas convaincu, la suite m’a bien plus plu. Il est vrai qu’au début de l’aventure on prend ses marques, puis une fois dans la bourgade de Wellspring on effectue des missions pas forcément transcendante comme des courses et des missions de messager. Finalement le jeu ne constitue qu’une suite de missions sans forcément de rapports les unes par rapport autres. Un peu léger.

Heureusement le rythme s’accélère par la suite, lorsque l’on se frotte à des repaires de bandits meurtriers. Enfin … jusqu’à une fin expédiée (quid de la révolution annoncée à la dernière mission ?) qui arrive bien trop vite, dommage surtout quand le monde de Wasteland s’efforçait à montrer tout son potentiel. Vous l’aurez compris Rage possède un rythme de jeu quelque peu décousu, du à une trop grosse variété de gameplay. De ce fait je n’ai pas réussi à me mettre 100% dans le bain (de sang) durant certaines sessions de jeu.

Surtout que le titre propose une variété dans les missions intéressantes. On peut être amené à liquider une tribu menaçant la stabilité d’une région, apporter du matériel à quelqu’un, faire une course de buggy pour gagner des véhicules ou certificats de conduite  … Seulement, comme je l’indique ci-dessus, cette variété nuit au rythme de l’aventure et brise l’homogénéité globale du titre. Il aurait fallut que le jeu gagne en durée de vie et ainsi avoir un socle solide en matière de FPS pure pour proposer ici et là des variétés dans le gameplay, histoire de garder l’attention du joueur et non pas le perdre.

Une direction artistique travaillée, mais …

Empruntant énormément à l’univers de Borderland et de Fallout, le titre d’Id Software nous offre sa vision du monde post-apocalyptique. Terres désolés, contrées désertiques, villages fait de brics et de brocs, le monde de Wasteland est aussi inhospitalier que dangereux. Bien que l’on peut s’imaginer un monde qui se répète dans ses paysages, il n’en est rien et Rage joue habilement à varier ses décors de part et d’autres de l’aventure. On se surprend même à trouver par hasard au creux d’un canyon une usine désaffectée à la manière de Stalkers. Toujours dans un univers à la Mad Max, Rage expose de toute sa splendeur des paysages travaillés. Les diaporamas lointains comme les hauts canyons, les bâtiments détruits sont très jolies. Les personnages ont retenu une attention toute particulière au studio et je dois avouer que leur aspects tantôt punks, tantôt déjantés ont été plus que réussi.

Mais ce que je retiens de Rage c’est avant tout sa direction artistique exemplaire. Les tribus qui peuplent la contrée de Wasteland sont rudement bien exploitées, de leurs aspects physiques (armes, costumes) jusqu’à leur repaires délicieusement agencées pour un level-design efficace et ingénieux. Les bandits crasseux, les bidasses bidouilleurs, les mutants, les puissants gardes de l’Autorité, les tribus autochtones, tout ce joyeux bordel est dépeint tout au long de l’aventure et offre un panel d’ennemis finalement très vaste et varié. 

Cependant bien que la direction artistique soit de haute volée, le jeu pêche par une technique qui laisse à désirer. Aliasing fréquents, textures qui s’affichent avec un temps de retard, des collisions imparfaites, le titre d’Id Software est un peu à la ramasse face aux autres productions du genre à la même époque. Les graffitis inspirés qui ornent les habitations ne permettent malheureusement pas à camoufler ces imperfections. Un paradoxe qui ne gâche pas pour autant le plaisir de jeu, mais qui rebuteront les plus à cheval sur l’esthétique.

Gameplay hétéroclites

Au niveau du gameplay, Rage n’aspire pas à réinventer la roue et finalement s’attarde à appliquer un mélange de ce qui se fait à côté. Le soft reprend ainsi la possibilité de construire des armes à l’aide d’outils et d’ingrédients trouvés ici et là, un peu à la manière de Borderland et propose des phase de véhicule en buggy comme Half Life 2. Rage se dote donc d’un petit côté RPG, pas forcément transcendant, mais qui apporte une petite plus-value à l’ensemble. Au niveau de l’arsenal, Id Software joue sur la corde nostalgique des joueurs avec un bon vieux shootgun, une arbalète, un fusil de précision, bref des armes idéales pour dégommer à la pelle des mutants ou autre bandits. Le clou de l’arsenal de Rage est sans nul doute le Wingstick, sorte de boomerang à trois lames pouvant tuer un monstre d’un coup. Une arme de choix quand vous êtes débordé dans d’étroits corridors. Un régal !

Et c’est là que Rage excelle dans son domaine du FPS décomplexé, qui amène le jeu de tir à ses fondements. Pas de cinématiques intempestives, pas de scripts limitant la liberté d’action, mais des hordes d’ennemis bêtes et méchants à l’IA ras des pâquerettes à bousiller au shootgun. On revient donc à l’essence même du FPS, un défouloir ! Certes ce côté brute de décoffrage déplaira aux adeptes de scenarii alambiqués, ainsi qu’aux stratèges aimant se couvrir derrière des palissades ou des murets.

Petite séance de gameplay.

Par contre ce qui m’a perturbé, c’est le level design quelque peu paresseux à certains moments de l’aventure. En effet la progression dans certains repères de bandits se limite à aller à un point A vers un point B, pour ensuite refaire le chemin inverse, ou encore revenir sur des lieux déjà visités. Des niveaux un peu trop cloisonnés, une impression d’aller et venir pas vraiment réjouissante.

Rage c’est aussi plus qu’un FPS avec ses petits à côtés qui briseront quelque peu le rythme du jeu, mais pourront apporter du grain à moudre pour les joueurs appréciant l’univers du jeu. On trouve ainsi des courses en buggy pour gagner des certificats de conduites, idéales pour acheter des biens et des jeux de mises.

D’une durée de vie convenable, soit un peu plus de 8 heures en ligne droite, le jeu saura vous tenir en haleine via une multitude de quêtes secondaires. Pas forcément toutes intéressantes, elles vous permettront tout de même de visiter des lieux inédits que vous aurez sûrement loupé si vous vous teniez qu’à la trame principale. Intéressant pour ceux qui ont réellement accroché au titre.

Loin d’être une révolution du genre, Rage possède assez d’atouts pour vous satisfaire un moment. Gageons que vous ne soyez par réfractaire à une technique dépassée, à un scenario en retrait à la fin expédiée et que le plaisir de dégommer, de façon primaire, une horde de bandits au shootgun vous grise. Un jeu défouloir donc, qui saura ravir les adeptes du genre qui en ont marre de la tournure très scriptée et hollywoodienne qui s’impose au genre depuis quelques années.

Je ne qualifierai pas d’indispensable le titre d’Id Software, mais le jeu saura vous dégourdir les doigts entre un Bioshock et un Bayonetta. À acheter à un prix réduit.

Ma note est de 15/20

Article précédentHuawei Ascend G510, le test
Article suivantLG Optimus G, le test
Frédéric
Hi les geeks et geekettes. La tête entourée à la naissance par un cordon de manette de Nes, la vie avait plutôt mal commencé. Mais qu'à cela ne tienne ! J'ai toujours grandi avec ce besoin de partager ma passion. Créations de sites, de forums, animation de communautés, il n'en fallait pas plus pour que je me lance dans l'aventure UnSimpleClic. Apporter un œil critique sur les jeux actuels et à venir, disserter sur des jeux cultes, analyser et expliquer les succès et flops, c'est à vrai dire toute ma nature. Ce que j'aime le plus : apporter une dimension historique au domaine vidéoludique. Vous l'avez compris, je suis une intarissable grande gueule.

Laisser un commentaire

Soyez le premier à commenter!

Notification
avatar
wpDiscuz