Test : Samsung Galaxy Note 8.0

3
PARTAGER
Test : Samsung Galaxy Note 8.0

Présentée au salon MWC 2013 de Barcelone, nous avions très envie de pouvoir mettre la main sur la tablette Samsung Galaxy Note 8.0 et c’est donc avec un réel plaisir que nous vous livrons aujourd’hui nos premières impressions de la version Wi-Fi 16Go. La recette choisie par le fabricant coréen est en fait assez simple. En effet, prenez la Galaxy Note 2, saupoudrez la d’une bonne dose de vitamines et TADAAAAAAAAAAAAAA :mrgreen:. Bien évidemment, il serait bien trop simpliste de penser que seule la dose de vitamines de la Galaxy Note 8.0 est uniquement ce qui fait la différence avec la version précédente. Une chose est certaine, la cible la plus évidente pour ce produit semble bien être l’iPad Mini. Pour rappel, le prix indicatif de cette tablette Samsung Galaxy Note 8.0  en version 16 Go est de 399 euros.

 

Caractéristiques :

Commençons par rappeler les caractéristiques techniques de la bête…

Système d’exploitation (OS)Android
Version d’OS testée4.1.2
ProcesseurExynos – 1.6 GHz
Nombre de cœur4
GPUMali 400 MP
Ecran8 pouces LCD TFT capacitif
Définition1280 x 800 pixels, 189 ppp
Appareil photo5 Mp / caméra frontale 1,3 Mp
Mémoire interne / carte SDHC16 Go / oui
Autonomie6h30 (en vidéo)
Dimensions / Poids210.8 x 135.9 mm / 345 g
Wi-Fi / Bluetooth / 3G / 4G (LTE)oui / oui / non / non
Connectiquemicro SD, Jack 3.5 mm, mini-USB
Batterie4100 mAh
NFCnon

 

Comme énoncé précédemment, aucune surprise au vue des caractéristiques, il s’agit ni plus ni moins que de celles  du Note 2, avec un écran et une batterie revus à la hausse.

 

Boîte et contenu :

La boîte est sobre, correspondant à l’annonce faite par Samsung de désormais privilégier des éco-emballages (la boîte constituée à 100% de papier recyclé et impressions faites avec de l’huile de soja). Où comment se donner bonne conscience quand on sait la quantité de plastique et de produits toxiques que contiennent nos outils électroniques (et leur faible taux de recyclage).

 

130422_galaxynote8_01

Le contenu de la boîte quand à lui ne saurait être plus succinct :

  • tablette
  • câble micro USB > usb
  • adaptateur secteur pour le câble USB
  • écouteurs et sachet d’oreillettes en silicone
  • guide de démarrage rapide + garantie internationale

Il convient en revanche de noter que Samsung ne propose aucun chiffon de nettoyage et encore moins un étui souple pour ranger la tablette.

 

Ergonomie :

A la prise en main, aucune surprise sur l’ergonomie, Samsung reste en terrain connu et reprend le design éprouvé de sa gamme Galaxy. Ce n’est pas une mauvaise chose,  les bords assez larges permettent, en mode paysage, de ne pas avoir un bout de doigt qui masque l’image ; clairement pas l’appareil dernier cri donc pour ceux qui veulent à tout prix des bords fins… Gare en revanche à ne pas appuyer sur le bouton « home » , au risque de faire des retours intempestifs sur le bureau ; en plein film, c’est dommage.

Question design, la coque tout plastique est forcément moins classieuse que celle tout aluminium de l’iPad Mini mais le résultat n’en demeure pas moins convaincant. L’impression de solidité est bien présente, les boutons sont correctement et solidement intégrés et le cache du slot µSD inspire confiance par sa solidité. A noter que l’écran n’est pas un gorilla glass 2.

Avantage pour les boutons sensitifs, contrairement aux dernières recommandations de Google, ceux-ci ne sont pas tactiles mais sous l’écran; aucune place de perdue sur l’écran… Reste à bien retenir leur position une fois l’écran basculé en mode paysage.

Concernant les hauts-parleurs, ceux ci sont positionnés sur la tranche inférieure de la tablette. Lorsqu’on la porte avec les deux mains, le son peut facilement être atténué. Dommage qu’aucun pied ne soit fourni pour poser la tablette. Il faudra sans doute attendre les accessoires vendus chèrement par le constructeur… Mais bon, ils le font tous donc je ne jetterai pas la pierre à Samsung sur ce point là.

Défaut de conception ou volonté délibérée du constructeur, le connecteur usb 2.0 est inversé, ne forcez pas si le câble ne rentre pas, contentez vous de le pivoter à 180° . Petit rappel, pour recharger votre tablette, il faudra impérativement le faire depuis une prise électrique… Impossible depuis votre pc, la tension délivrée sera insuffisante.

Pour finir, l’écran brillant est très sensible aux reflets. Pas trop gênant en intérieur, en extérieur par contre, n’espérez pas utiliser l’ardoise… L’écran virant instantanément au noir. Mieux vaut donc rester confortablement dans son lit ou sur son canapé.

 

L’écran

Comme toujours chez Samsung, cette tablette est dotée d’un écran brillant mais pour autant, les traces de doigts ne se voient pas, à moins de mettre le nez au ras de l’écran… ou de manger très gras avec les doigts 🙂
Concernant les angles d’affichage, et c’est là une bonne surprise, ceux-ci sont très ouverts et malgré les inévitables reflets, deux personnes peuvent tout à fait regarder un film (ou des photos) sans constater de perte de contraste. La luminosité mesurée à 416cd/mm² est bonne.

D’un point de vue colorimétrie, le rendu est correct et permet une restitution fidèle les films lancés.  Dans le noir total, des fuites de lumière sont perceptibles dans les scènes sombres mais restent très mesurées.

Pour terminer la revue de cette écran, si la résolution de 1280*800 est agréable pour un usage surf & Multimédia, la visualisation de photos est décevante… Surtout si vous avez goûté au plaisir de l’écran Retina, vous trouverez le rendu fade. Avec une densité de pixels de 189 ppp (points par pouces), le Galaxy Note 8.0 fait pourtant mieux que l’iPad Mini (163 ppp). C’est toutefois moins que la Nexus 7 (216 ppp). A titre de comparaison, l’iPad 4 Retina offre 264 ppp.

 

Son

Le son, mesuré uniquement par mes oreilles (et celles de quelques gentils bénévoles) est clair. A condition de ne pas mettre le son à fond (deux crans sous le maximum), les enceintes intégrées ne saturent pas et restituent clairement la bande son d’un film ou la musique écoutée. Le son semblera plus clair si vous êtes à au moins 1 m de la tablette. Pour ce qui est de la prise casque, après test avec des enceintes externes (Altec Lansing VS4621), la saturation disparaît complètement.

Aucune latence constatée en utilisant l’avance rapide sur un morceau. La mise en cache est impeccable.

 

S-Pen

Je ne vais pas m’en cacher, quand j’ai vu l’objet, j’ai pensé « encore un gadget !!! »…. Et en fait, c’est un outil très utile sur une tablette de cette taille.  Si les applications de dessin peuvent occuper un enfant, l’utilisation du s-pen pour surfer est très agréable. La saisie des url ou la sélection de texte dans une page par exemple, sont de réels plus qui font oublier jusqu’au souvenir de la fatigue pour la même utilisation manuelle.

 

130422_galaxynote8_02

 

La création de mémo est aussi grandement facilité quoique le clavier virtuel proposé par Samsung soit très agréable à l’usage : bien aéré, chiffres sur la ligne supérieure. Et une touche qui permet de basculer aisément en saisie avec le S-pen.

 

130422_galaxynote8_03

 

Habitué à Swiftkey, l’utilisation du clavier ou du S-Pen ne m’a au final pas dérangé. Je suis même parvenu à faire abstraction de l’absence des flèches de direction, fonction pourtant tellement utile sur mon Desire HD ; il faut dire que la taille de l’écran permet de positionner le curseur avec précision. En outre la saisie prédictive est de bonne facture, à voir sur le long terme s’il apprend de la saisie.

 

Interface et Navigation

L’interface est claire, les icônes agréablement espacés et les boutons de fonctions dans la barre de droite bien utiles. Libre à chacun toutefois de choisir une horloge moins large pour pouvoir ajouter davantage d’icônes sur le bureau. La personnalisation complète est bien sûr possible.

 

130422_galaxynote8_04

 

Pour ce qui est de la navigation internet (via le Wi-Fi uniquement je le rappelle), les pages s’affichent rapidement et leur lecture est agréable (tant en mode portrait que paysage), la résolution offerte permettant de ne pas ressentir le besoin de zoomer dans la page. Par défaut, vous trouverez les navigateurs « Internet Android » et « Chrome » (pratique pour retrouver les favoris de votre navigateur web sur pc). Le surf ne souffre pas de ralentissement, tout comme le scrolling.

 

130422_galaxynote8_05

 

Multimédia :

Quelque soit le lecteur que vous déciderez d’utiliser (Lecteur Vidéo de google par défaut), les vidéos SD, 720p ou 1080p tourneront sans aucun problème. Les formats acceptés sont nombreux (divx, xvid,avi, wmv9, mkv) et l’image restituée réellement appréciable.

 

130422_galaxynote8_06

 

Côté jeu vidéo, le processeur Exynos et la puce Mali procurent un réel plaisir et une immersion facilitée, tous les jeux en têtes des charts sur le Play Store tourneront correctement sur cette tablette. A noter que malgré son quad-core, de légers lags peuvent survenir en jeu (test effectué sous Epic Citadel :  38,9 fps).

 

Autonomie :

Avec une batterie de 4600 mAh (inamovible), Samsung fait un peu mieux qu’Apple et son l’iPad Mini (4400 mAh) mais pour autant, l’autonomie théorique reste inférieure avec environ 8h30 de surf (10h pour l’iPad Mini).

Test effectué après 2h10 de vidéo (wi-fi activé), la batterie annonce encore 70% de la charge. En théorie, cela permet donc jusqu’à 6h30 d’utilisation, soit pour un usage similaire, autant que sur l’iPad Mini et plus que sur l’Archos 80 Titanium (5h30). Agréable donc si vous devez voyager.

A noter que la recharge complète a pris deux heures après le visionnage.

 

Stockage :

Il s’avère qu’avec l’espace réservé par le système, il n’y a que 10 Go disponibles pour votre usage. L’ajout d’une carte mémoire µSD d’une capacité minimum de 16Go (32 bienvenue) est donc plus que vital dès lors que vous souhaitez stocker quelques vidéos. A noter que la carte ne peut fonctionner qu’en Fat32, inutile d’escompter stocker des films HD (720 ou 1080p) d’une taille supérieure à 4Go sans les découper. Fastidieux mais utile pour qui doit s’occuper durant un long trajet.

Concernant le taux de transfert, l’équivalent d’un DVD (4.7Go) est transféré en 3mn sur la mémoire flash de la tablette (8mn sur la carte mémoire). Un mp3 est copié quasiment instantanément tant sur la tablette que sur la carte mémoire.

 

Photo et vidéo :

Inutile de s’attendre à des miracles avec le capteur proposé, la sensibilité ne dépasse pas 400 ISO et surtout aucun flash LED n’est présent. Avis personnel mais à mon sens, une tablette n’est pas un appareil photo. Si les photo sont bruitées, elles n’en demeurent pas moins nettes. Cela sera toujours suffisant pour un partage sur les réseaux sociaux.

Pour ce qui est de la vidéo, aucune stabilisation à espérer et un zoom numérique 4x inutile tant l’image devient une soupe de pixels.

 

Applications pré-installées :

Contrairement à la Galaxy Note 10.1, pas de Photoshop Touch livré par défaut mais toute la « suite » Samsung Hub (reader, video, music). En outre le logiciel Polaris Office est présent (traitement de texte, tableur)… Toujours utile même si de mon point de vue, un pc sera toujours plus performant. Reste qu’avec le stylet, c’est assez confortable.

A noter que la lecture d’ebook est plaisante, à condition toutefois de penser à diminuer la luminosité de l’écran.

 

Conclusion :

Avec l’annonce de cette tablette, Samsung n’a clairement pas révolutionné le genre. Pour autant, le constructeur livre un produit aux finitions exemplaires. A l’usage (si tant est que vous en ayez un bien sûr), elle constitue un outil multimédia complet, homogène, pratique et très réactif. le S-Pen, ses dimensions réduites et son poids mesuré (345 g), rendent son utilisation au quotidien vraiment agréable pour un prix qui mériterait toutefois d’être plus contenu.

En effet, si techniquement cette Samsung Galaxy Note 8.0 est une franche réussite, elle aura néanmoins fort à faire question prix face à ses adversaires du moment.

L’iPad Mini se trouve autour de 319€ et les concurrents que sont le Nexus 7 et le Kindle Fire HD à près de 200€ de moins. Le positionnement tarifaire est donc étonnant, surtout vu le prix de la Galaxy note 10.1 dont le prix égale celui de cette petite dernière.

Note de Ma2thieu : Je ne vais pas être long, je souhaitais simplement remercier Samsung et Heaven, et plus précisément Arnaud pour nous avoir prêter ce bel objet.

Points forts :

  • Processeur et quantité de RAM
  • poids
  • du vrai multitâche
  • Interactions avec le stylet très précises
  • port micro SD
  • Android 4.1 (une montée en 4.2 ?)
  • fluidité et design

Points faibles :

  • Faible qualité photo
  • encore et toujours trop de plastique
  • pas de support pour poser la tablette
  • positionnement des hauts-parleurs

 

130422_galaxynote8_12

130422_galaxynote8_11

130422_galaxynote8_09

130422_galaxynote8_08

130422_galaxynote8_07

Laisser un commentaire

3 Commentaires sur "Test : Samsung Galaxy Note 8.0"

Notification
avatar
Classer par:   + récents | + anciens | mieux notés
Alexandre
Invité

50 euros remboursé par Samsung et 5 % de réduction à la Fnac avec la carte, ça fait une jolie tablette pour 329 euros. J’ai vendu ma nexus 7 pour prendre la note 8 car l’écran un peu plus grand sera un plus pour moi. En plus je dois avouer que je suis quand même attiré par le fait de pouvoir ouvrir deux applis sur l’écran. Reste plus qu’à attendre la fin du mois pour me la payer. Vite vite la paie.

wpDiscuz