Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

10
PARTAGER
Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

En début d’année, Yezz mobile, marque sud-américaine, a de nouveau « traversé » l’Atlantique pour lancer, via son accord de distribution avec Avenir Telecom, un smartphone aux allures de phablette : le Andy A6M. Souhaitant se positionner sur le marché des smartphones « low cost », Avenir Telecom, que nous remercions pour ce prêt, a commercialisé ce mobile grand format 3G+ et Dual Sim au prix de 299€. C’est à travers ce test que je vous propose de découvrir ce smartphone et de voir si les résultats seront à la hauteur des ambitions, à savoir se faire une place parmi les phablettes et les marques du type Wiko, Huawei ou encore ZTE.

 

Déballage et 1ères impressions

Le smartphone est livré dans une boite rectangulaire dont chacun des côtés contient des éléments descriptifs : garantie 2 ans, des visuels du contenu, une mention « Conçu aux Etats-Unis » et les principales caractéristiques techniques (Android 4.2, 3G+, Dual Sim, Wifi, écran 6″, Quad Core 1,3Ghz,…).

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

La première bonne surprise provient du contenu même de la boîte : il est plus que complet. On y trouve les éléments suivants :

  • 1 smartphone Andy A6M
  • 1 câble USB
  • 1 adaptateur secteur
  • 1 batterie
  • 2 coques de rechange (1 rouge et 1 blanche)
  • 1 kit piéton (écouteurs intra-auriculaires avec un bouton pour la prise d’appels)
  • 1 guide de démarrage rapide
  • 1 étui avec fenêtre

De plus, chacun des éléments est protégé dans un « sachet » en plastique.

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

Le smartphone est entièrement constitué de plastique de couleur noire pour les faces avant et arrière et métallisée pour les tranches. Sur la façade arrière, le plastique est légèrement granuleux et plus mat. Le toucher est assez agréable et la matière devrait éviter les traces de doigts.

La façade avant comprend, dans la partie haute, le capteur de luminosité, la grille du haut-parleur et un appareil photo frontale. Dans la partie opposée, on aperçoit les trois boutons de navigation (Propriétés, Home et Précédent). L’écran du smartphone est quant à lui protégé par un film plastifié non pas transparent comme la plupart des autres smartphones mais par un film recouvert d’un autocollant. Il simule la page d’accueil de l’A6M : un fond d’écran représentant une jeune femme, la date et l’heure du jour ainsi que la matrice permettant de déverrouiller le smartphone via un schéma.

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

Surfant sur la tendance des constructeurs concevant des façades « borderless » (sans ou avec très peu d’espace entre l’écran et les bords du smartphone), Yezz mobile nous propose un mobile avec moins de 1cm de bordures (moins de 5mm de chaque côté). L’ensemble est assez bien proportionné. Malheureusement, l’écran n’a pas été traité contre les rayures et s’avère « salissant ». Les traces de doigt apparaissent vite et sont nombreuses. Avec une surface d’écran aussi importante, j’aurai apprécié un effort dans ce domaine.

La tranche supérieure du smartphone comprend l’emplacement pour les prises micro-USB et casque. La tranche inférieure comprend uniquement un petit trou correspondant au micro.

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

Le côté gauche contient les boutons de volume et le droit la touche pour allumer / éteindre le smartphone. Il est vrai que je n’ai pas de grandes mains mais personnellement, j’aurai placé les boutons un plus bas. Actuellement, ils sont placés en haut des tranches, surtout pour le bouton ON/OFF qui est pratiquement tout en haut. Je ne suis pas sûr que leur emplacement facilite les manipulations du smartphone.

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

La façade arrière contient, dans la partie haute, le flash led, l’appareil photo, une mention 13.1 MEGA (pour 13,1 millions de pixels) puis le logo Yezz ainsi qu’une grille de haut parleur dans la partie basse.

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

Enfin, le coin inférieur gauche de cette même face contient une « encoche » permettant de retirer la coque pour placer la batterie, la ou les cartes Sim et éventuellement une carte pour étendre la mémoire. Cette coque est bien fixée et la manipulation pour la retirer est simple et se réalise sans accroc.

Dès qu’on enlève la coque, la plus grande partie de la place disponible correspond à l’emplacement de la batterie. Elle a une capacité de 2400mAh, ce qui semble peu par rapport à la taille de l’écran et aux caractéristiques du mobile. Dans la partie haute, on trouve, de gauche à droite, les emplacements pour la carte Sim N°2, la carte mémoire au format Micro SD et la carte Sim N°1.

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

A l’emplacement de la batterie, on trouve quelques mentions liées au mobile : la marque Yezz (avec l’URL du site), les deux numéros IMEI (car deux cartes Sim), les bandes de fréquence supportées et la référence du smartphone : A6M. Enfin, malgré que la boite indique « Conçu aux Etats Unis », le smartphone, comme pratiquement tous les composants électroniques, est fabriqué en Asie. On y trouve donc la mention « Fabriqué en Chine ».

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

Au niveau design, le smartphone est réussi mais plutôt classique : angles arrondis, grandes lignes droites accentuées par les dimensions importantes du smartphone, appareil assez fin et coque arrière plate ou pratiquement. En effet, l’appareil photo ressort par rapport au reste de la coque arrière. Posé sur une surface plate, le smartphone sera légèrement incliné mais ce n’est pas gênant. De plus, c’est assez bien fait pour ne pas s’accrocher quand on le retire d’un sac ou de la poche (si on arrive à l’y mettre). Enfin, je n’ai pas noté de défaut concernant la finition. Le smartphone est assez bien conçu. Il faut juste vérifier avoir bien clipsé la coque arrière, pour ne pas entendre, lors d’éventuelles manipulations, le bruit liée au « rattachement ».

 

Caractéristiques techniques :

Voici les principales caractéristiques techniques du smartphone Andy A6M :

  • Processeur Quad-Core ARM Cortex-A7  cadencé à 1,3Ghz
  • 512Mo de mémoire vive et 4 de mémoire interne, extensible via une carte Micro-SD (32Go max)
  • Ecran 6 »  IPS LCD avec une résolution de 540 x 960 Px
  • Appareil photo de 13,1 Mpx et caméra frontale de 5Mpx
  • Dimensions de 168 x 85,5 x 9 mm pour un poids de 192g
  • Connexions Wifi 802.11 a, b, g, n,  Bluetooth 3.0, GPS A-GPS
  • Compatible 3G+
  • Double Sim
  • Batterie de 2400mAh
  • Android 4.2.2 (Jelly Bean)

 

Prise en main

C’est sur ce sujet que je redoutais quelques surprises. D’ailleurs, je devrais parler de prise en « mains » car à moins d’en avoir de grandes, il n’est pas possible de manipuler l’A6M d’une seule main. Je n’ai vraiment pas l’habitude d’utiliser au quotidien des smartphones de cette taille. Soit j’utilise mon smartphone (5″), soit une tablette (8,3″ ou 10″) en fonction de l’utilisation souhaitée.

Là, on se situe vraiment entre les deux, d’où le fait de placer le smartphone dans la catégorie phablette. La taille de l’écran sera appréciable pour la navigation, les jeux et la vidéo mais personnellement ce même critère risque de gêner pour les manipulations et pour la téléphonie. En plus, je ne suis pas sûr de pouvoir parler de « téléphone » car on s’en éloigne, entre autres par la taille. D’un autre côté, ce même critère et sa fonction Dual Sim trouveront leur intérêt pour une utilisation personnelle/professionnelle.

Lors de mes différentes manipulations, j’ai confirmé une de mes premières observations : je trouve que les boutons présents sur les tranches sont placés trop haut.

 

Mise en service

Le premier démarrage du smartphone est rapide car il se résume à trois étapes : le choix de la langue, la date et l’heure ainsi que la connexion à un réseau Wifi. Si vous effectuez cette étape, le smartphone vous propose une dernière étape optionnelle comprenant l’activation ou non de la synchro automatique et la création de comptes de messagerie (choix entre E-mail et Entreprise).

Après vous avoir félicité, l’A6M vous propose un guide de démarrage rapide qui vous donnera 4 astuces et vous présentera les fonctions de base. Si vous êtes déjà utilisateur d’un smartphone sous Android, rien de nouveau, vous pouvez passer cette étape. Pour les autres, voici un résumé en texte et en images des étapes proposées :

  • Afficher l’écran d’accueil : comment naviguer entre les différentes pages et revenir à la page Home,
  • Sélectionner les widgets : comment ajouter ou supprimer des widgets sur vos pages,
  • Afficher page des détails : comment afficher les informations détaillées sur un contact de votre répertoire,
  • Afficher les notifications : comment afficher la barre des notifications.

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

À la fin de toutes ces manipulations, on accède à la page d’accueil qui comprend les éléments suivants : une barre de recherche Google dans la partie haute,  l’écran principal comprenant seulement deux icônes (Manuel et Yezz App Store)  et cinq boutons (téléphone, répertoire,  applications,  message et web).

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

Lors de la découverte du smartphone, j’avais évoqué les 3 boutons tactiles. A l’utilisation, ils ne sont pas visibles à moins de cliquer dessus. C’est intéressant car on a l’impression que le smartphone n’en possède aucun. Par contre, il m’est arrivé de ne pas toucher le mobile au bon endroit.  Dans ce cas, il ne se passe rien : aucun bouton ne s’affiche et le smartphone ne fait rien car vous n’avez pas appuyé sur l’un d’eux. Dernière remarque : il n’est pas possible de modifier ces boutons.

Je précise qu’un appui long sur le bouton Home permet de visualiser l’ensemble des applications ouvertes et de basculer sur l’une d’entre elles.

 

Interfaces et Applications

Le smartphone est sous Android 4.2.2 (Jelly Bean) et même si on y retrouve toutes les fonctions,  l’interface a été personnalisée principalement sur le design.  Après vérification dans le menu paramètres, j’ai appliqué une mise à jour disponible depuis la deuxième quinzaine de juin. Cette dernière n’a pas eu d’impact ni sur le design des icônes ni sur la version de l’OS… Dommage.

Je précise cela car je trouve les icônes assez gros et pas très jolis. Il ne semble pas possible de changer leur taille et leur design. S’il s’agissait de dessins,  je dirai que les traits sont assez grossiers. Cela peut s’expliquer par les faibles résolution et densité de l’écran (uniquement 183,5 PPI).

Voici quelques-uns des écrans du smartphone :

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

Regardons un peu plus en détail le contenu du smartphone et commençons par la barre de notifications.  Elle est toujours accessible en faisant glisser la partie haute vers le bas.  Par contre, le résultat est surprenant : l’heure,  l’accès aux paramètres et les raccourcis apparaissent en bas et non en haut comme cela se fait sur les autres smartphones.  Le seul avantage que j’y verrai est la volonté de placer les notifications en premier. Après une période d’utilisation, je dirai que c’est idée intéressante mais qu’il faudrait approfondir le sujet pour optimiser la présentation.

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

Au démarrage, en plus de la page Home,  le smartphone propose 6 pages contenant chacune quelques éléments :

  • Page 2 : 4 icônes donnant accès aux applications Facebook,  Twitter,  Skype et WhatsApp.
  • Page 3 : widget calendrier
  • Page 4 : widget Facebook
  • Page 5 : 4 icônes donnant accès à Paramètres,  Applications,  Gestionnaires et profil audio
  • Page 6 : widget lecteur audio
  • Page 7 : widget contrôle de l’alimentation (WiFi,  Bluetooth,  GPS,  synchronisation,  luminosité)

Sur tous les écrans, on trouve un petit cercle,  repositionnable, donnant accès aux mêmes fonctions que les 3 boutons tactiles. Ce petit widget peut être désactivé mais pas personnalisé. C’est dommage car je ne vois pas l’intérêt d’avoir deux fois la même chose sauf pour tenter de manipuler le smartphone d’une seule main.

En plus des applications « standard » (lecteur vidéo, lecteur musical, calendrier, calculatrice, radio, …),  voici la liste de celles présentes sur l’A6M :

  • A-Faire : application permettant de gérer sa liste de tâches à réaliser. Elle permet de ne gérer que le strict minimum (titre, notes et date).
  • Appareil d’entrée : application permettant de gérer sa liste d’appareils d’entrée sans-fils
  • Firewall : application pare-feu
  • Flaslight : application simulant une lampe torche.
  • Gameloft Live : portail de jeux en ligne Gameloft
  • Geste : application permettant de définir un geste à réaliser sur l’écran pour exécuter une application. Il faut nommer votre geste, le dessiner (pas trop compliqué de préférence) et y associer une application. Après avoir activé la fonction « Geste », vous pourrez, après avoir cliqué sur un nouveau bouton visible en permanence sur l’écran, exécuter une application en faisant votre geste.

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

  • Guide de démarrage : correspond aux quelques étapes décrites précédemment
  • Manuel : document PDF de 24 pages sur le smartphone
  • Recherche : application permettant de rechercher dans tout le smartphone ou sur le web. J’ai souhaité faire mention de cette application car cette fonction n’est pas toujours possible en standard. De plus, elle est simple et très fonctionnelle. Il est possible de paramétrer les éléments concernés par la recherche (dont web, agenda, contacts, email, applications…).

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

  • Sauvegarder et restaurer : application permettant d’effectuer des sauvegardes et des restaurations du smartphone. Il s’agit d’une fonction différente de celle présente dans Paramètres (Sauvegarder et réinitialiser). Pour celle-ci, il est nécessaire d’avoir insérer une carte mémoire sous peine de ne pouvoir l’utiliser. Vous pourrez alors sauvegarder vos données personnelles et/ou vos applications.

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

  • Yezz App Store : bibliothèque d’applications et de jeux, un peu comme le Google Play Store mais sans en atteindre le niveau.

Le smartphone comprend également 2 jeux (Wonder Zoo et  Little Big City) ainsi que d’autres applications que nous n’avons plus besoin de présenter : Skype, Twitter, Facebook, Quick Office, WhatsApp et Instagram.

J’ai également trouvé deux bonnes surprises dans le menu Paramètres : profils audio et programmation d’arrêt/mise en marche. Le premier programme vous permet de sélectionner la configuration audio de votre smartphone (silencieux, réunion,…) ou d’en créer une de toute part. Le second vous permet de programmer, selon vos besoins, l’arrêt et le démarrage automatique de votre smartphone. Attention tout de même au volume de votre smartphone car à l’allumage, le smartphone émet un son qui peut vous réveiller.

Téléphonie 

Comme indiqué plus haut, ce smartphone est Dual Sim. Vous pouvez donc y insérer deux cartes Sim éventuellement d’opérateur différent. Pour les mettre dans la phablette, il faut retirer la coque arrière ainsi que la batterie. Ensuite, il faut placer la ou les cartes dans l’emplacement 1 (à droite) et/ou dans le 2 (à gauche). Je rappelle que l’emplacement du milieu sert pour la carte mémoire.

Il est tout à fait possible de mettre une carte Sim uniquement dans l’emplacement 2 : au démarrage, elle est bien détectée et les fonctions de téléphonie sont bien disponibles.

Le point déroutant concerne le format des cartes Sim : il est différent entre les deux emplacements. Le slot 2 est au format micro Sim alors que le slot 1 est au format Sim. Cela fait longtemps que je n’avais plus eu besoin d’insérer une carte au format Sim dans un smartphone. Souhaitant tester la fonction Dual Sim, j’ai donc utilisé un adaptateur micro Sim / Sim pour utiliser le slot1.

Si vous n’utilisez pas le Dual Sim, vous pourrez donc utiliser l’un ou l’autre des emplacements, en fonction du format de votre carte Sim. Dans l’autre cas, il faudra faire comme moi et s’adapter.

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

Les 2 cartes sont bien détectées et pour chacune des fonctions Sim (appel vocal, appel vidéo, SMS / MMS, connexion de données), il est possible de spécifier la carte par défaut. Toutes ces options sont modifiables dans le menu Paramètres / Gestion Sim.

Dans la barre de notifications, les icônes correspondants aux deux cartes Sim sont de couleur différente (rouge pour la Sim 1 et bleu pour la Sim 2).

Comme indiqué précédemment, la fonction « Dual Sim » peut être bien utile pour une utilisation mixte personnelle / professionnelle. De plus, les dimensions importantes du mobile s’y prêtent car la saisie de messages et d’emails sera facilitée.

Concernant la fonction purement téléphonie, le son est bon et l’écoute agréable, même lors de la prise d’appels avec l’étui. J’en profite pour revenir sur une de mes premières impressions : la taille du smartphone ne m’a finalement pas dérangé pour la téléphonie. Cela change mes habitudes mais on s’y fait. Par contre, je ne suis pas sûr qu’une taille plus importante convienne encore.

 

Ecran

Le smartphone Andy A6M est équipé d’un écran LCD IPS de 16,7 millions de couleurs. Le plus de cet écran est évidemment sa taille : il atteint 6″, ce qui est appréciable dans de nombreux domaines. De plus, l’écran est précis et réactif.

Par contre, son premier défaut a déjà été évoqué plus haut : les faibles résolution (540 x 960 px) et densité (183ppi). Le deuxième défaut concerne la mauvaise gestion de luminosité. Si vous avez sélectionné une gestion automatique de la luminosité et que cette dernière est importante,  le smartphone est inutilisable.  On discerne à peine les icônes. Il faut pousser la luminosité à fond pour l’utiliser dans de bonnes conditions. Cela a évidemment un impact sur la durée de vie de la batterie. Dans d’autres conditions, la gestion automatique fait bien son travail.

 

Appareil photo

Le smartphone est équipé d’un appareil photo de 13,1 millions de pixels et d’une caméra frontale de 5 millions de pixels. Il comprend pas mal d’options accessibles directement depuis l’interface de l’appareil photo ou depuis un bouton paramètres. Concernant l’interface, on trouve d’un côté différents types de scènes et de l’autre l’accès à la Galerie, les déclencheurs pour la photo et la vidéo ainsi que le bouton Paramètres. Enfin, deux petits icônes permettent de gérer le flash et le passage en mode frontale.

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

La prise de photos se fait soit via le bouton tactile prévu à cet effet soit en faisant un appui prolongé sur l’écran. Dans ce cas, le smartphone fait la mise au point puis prend la photo. Par ailleurs, un appui long sur le déclencheur permet de prendre une série de photos.

Le résultat des photos est acceptable. A l’écran, je trouve que les dégradés ne ressortent pas bien et les couleurs sont plus belles avec l’appareil principal. Sur la caméra frontale, elles sont un peu fades. Voici des exemples de photos et de vidéos prises avec le smartphone.

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

Depuis la Galerie, vous pouvez accéder à quelques filtres et effets. Il n’y a rien d’extraordinaire mais cela suffit amplement pour apporter des retouches à vos photos. En voici quelques exemples :

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

Pour prendre une photo avec la caméra frontale, il faut être sur le mode paysage ou visage. Pour les autres, ce n’est pas possible : l’icône permettant de basculer vers la caméra frontale disparaît. Il en est de même pour la gestion du flash qui est réservé à certains modes.

Contrairement à d’autres smartphones pouvant fonctionner avec des étuis de type « Smartcover » ou « Flipcover », sur le A6M,  il n’est pas possible de prendre des photos si le rabat de ce dernier est replié complètement (contre la coque arrière). Dans ce cas, l’étui masque l’objectif de la caméra. Si ce dernier avait été situé quelques centimètres plus bas, c’était bon. Je reviendrai plus en détail sur l’étui « Smartcover » un peu plus tard.

 

Performances

Pendant toute la phase de mise en route et de découverte, le smartphone s’est montré fluide et n’a pas marqué un seul temps d’arrêt. Pendant l’utilisation quotidienne, le smartphone a montré quelques faiblesses quand il était trop sollicité. Le comportement le plus gênant fut celui observé parfois lors de la saisie d’emails ou de mise à jour du site UnSimpleClic depuis une application locale. Il y avait un temps de latence entre ma saisie et l’affichage sur l’écran. Il aurait plus pertinent de lui fournir 1Go de Ram.

Sur les jeux installés sur le smartphone, je n’ai pas noté de ralentissements gênants mais je n’ai pas installé de jeux récents par manque de place. Au final, le smartphone ne peut évidemment pas être comparé aux performances des smartphones haut de gamme car il atteint vite ses limites du fait du peu de mémoire vive.

Voici tout de même le résultat du benchmark AnTuTu :

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

 

Batterie et durée de vie

En voyant la taille de l’écran et la batterie associée, j’avais peur qu’elle soit trop juste. Cela s’est confirmé pendant les tests. Durant ma première journée, en conditions réelles, j’ai démarré à 6h00, avec une batterie chargée uniquement à 70%. A 14h15, le smartphone m’alertait car ma batterie atteignait 15% et une demi-heure plus tard, 5%. Pourtant, il s’agissait d’une utilisation « normale » : navigation web, lancement et utilisation d’applications, lecture d’une vidéo de 2min sur YouTube. Par contre, j’avais créé 3 comptes de messagerie (2 Gmail et 1 Exchange) pour lesquels la synchro était activée. Je précise que mes connexions wifi et mon Bluetooth étaient tous les deux désactivées.

J’ai décidé d’activer l’économie d’énergie et ai paramétré le smartphone pour ne synchroniser mon compte Exchange que toutes les heures. Je n’ai pas gagné grand chose. C’est uniquement en désactivant la synchro des comptes et en ne sollicitant que très peu le A6M qu’il  a tenu une grosse journée. Je suis même parvenu à plus de 13h d’autonomie mais il ne s’agissait pas d’une utilisation normale.

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

La batterie descend très vite et ce défaut risque de freiner certaines personnes surtout si l’utilisation doit être personnelle et professionnelle.

Concernant le chargement, je l’ai trouvé assez long car au bout de 2h de charge,  je suis passé de 5% à 45%. Cela signifierait qu’il faut plus de 4h pour charger entièrement le smartphone.

 

Etui Smartcover

Comme indiqué lors du déballage du smartphone, il est fourni avec un étui de type « Smartcover » ou « Flipcover ». La partie arrière de l’étui remplace la coque arrière. Il faut donc retirer cette dernière pour clipser le smartphone dans son étui. Cette coque est en plastique solide et comprend les découpes pour le flash, l’appareil photo et le haut-parleur. On y trouvera également le logo Yezz.

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

La partie avant de l’étui est en plastique plus souple et contient une « fenêtre » de forme rectangulaire (avec angles arrondis). Le petit « plus » par rapport à d’autres étuis est que cette fenêtre est plastifiée. L’écran accessible depuis cette partie est donc protégé.

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

Par contre, l’étui ne va pas aussi loin que certains autres car il ne permet d’afficher que les informations suivantes : date / heure du jour et notifications de nouveaux messages /d’appels… Ce n’est pas extraordinaire mais c’est le principal. L’ouverture du rabat va évidemment sortir le smartphone de son mode veille.

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

Lors d’un appel entrant, il est possible, toujours via cette fenêtre de prendre ou de rejeter l’appel. Si vous avez raté l’appel, un icône « appel manqué » apparaîtra dans la partie de l’écran visible à travers la fenêtre (à côté de celui représentant les messages non lus).

Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions

L’autre petit défaut que je lui trouve concerne les boutons de volume : je les trouve peu accessibles quand le smartphone est dans l’étui.

Je trouve tout de même très positif de livrer ce type d’étui directement avec le smartphone. Enfin, pour activer les fonctionnalités liées à cet étui, il faut cocher une option dans le menu Paramètres / Système / Smart cover.

Conclusion

Même s’il ne peut concurrencer les modèles haut de gamme, le Andy A6M s’est montré fluide et réactif grâce à son architecture 4 coeurs. De plus, il présente l’avantage d’être Dual Sim et de proposer quelques bonnes idées. Par contre, il part avec quelques handicaps (faiblesses de l’écran, batterie et mémoire trop faible) et me paraît trop juste dans certains domaines (photo et stockage interne).

Laisser un commentaire

10 Commentaires sur "Yezz A6M : une phablette avec de (trop) grandes ambitions"

Notification
avatar
Classer par:   + récents | + anciens | mieux notés
Chevalier
Invité

j’ai un shéma à l’écran de verrouillage je ne m’en souvien pas avez-vous une solution à me proposer, car j’ai tout essayer c’est impossible de le déverouiller merci d’avance aurevoire

DERME Hélène
Invité

je vais prendre le temps de lire votre article , j’ai acheté ce téléphone neuf mais pas de coque et pas d’étui à fenêtre et je n’arrive pas à trouver d’étui dans les commerces.
je suis partie à l’étranger donc pas possible de retourner chez le vendeur
mon problème est qu’il s’éteint n’importe quand: posé sur la table ou pendant une conversation…il se rallume tout seul je ne comprends pas pourquoi , problème de chaleur….une partie de mes contacts disparaissent puis reviennent ça aussi je ne comprend pas pourquoi..si quelqu’un a un conseil à me donner merci d’avance

dobloo
Invité

comment repondre a un appelle le mien ne decroche jamais sauf avec une oreillette

springer
Invité

je enpeux supprimer un N° de telephone comment faire merci de m’aider , mon telephon est yezz andy q6 merci

Ana
Invité

J’ai exactement la même question

Avra
Invité

Chers amis,
Comme vous je suis très contente de mon YEZZ ANDY A6M mais quand je suis à l’étranger je n’arrive pas à désactiver l’itinérance des données. Quelqu’un peut m’aider pour m’expliquer comment faire ?
Un grand meri d’avance pour la réponse urgente; je me trouve à l’étranger actuellement !!
AZ

wpDiscuz