Le vote électronique? Bah ce n’est pas gagné, surtout dans ces conditions!

2
PARTAGER
Le vote électronique? Bah ce n'est pas gagné, surtout dans ces conditions!

Personnellement, j’ai encore du mal à comprendre pourquoi aujourd’hui, nous n’avons pas tous le choix de voter par voie électronique, mais après la lecture de cet article, j’ai vite compris! En effet, c’est toujours la même chose finalement, nous sommes gouvernés par des personnes qui ont parfois de bonnes idées mais qui ne se préoccupent jamais de leur mise en œuvre et qui surtout ne donnent pas les moyens financiers et humains pour conduire à bien les projets. On comprend très vite que ces mêmes personnes n’ont aucune notion de la réalité du terrain et j’ai même envie de dire, ne savent même pas de quoi elles parlent. C’est exactement ce qui se passe pour les élections législatives de juin 2012 pour lesquelles, les un million de français expatriés à l’étranger auront la possibilité de choisir leurs 11 députés de derrière leur écran d’ordinateur. Vous êtes d’accord que l’idée est tout de même très bonne? Bien entendu, toute la partie législative a été dûment préparée, et c’est ainsi que cette semaine, est paru au Journal Officiel, l’arrêté permettant la constitution du système informatique pour l’organisation du vote électronique, et précisant bien entendu que « le dispositif garantit que l’identité de l’électeur ne peut pas être mise en relation avec l’expression de son vote, à tout moment du processus de vote, y compris après le dépouillement » .

Oui mais voilà, ce même arrêté précise également que sera mise en place une expertise indépendante « destinée à vérifier le respect du secret du vote, de la sincérité du scrutin et de l’accessibilité au suffrage. Elle est conduite par un informaticien spécialisé dans la sécurité, n’ayant pas d’intérêt financier dans la société qui a créé le dispositif de vote à expertiser, possédant une expérience dans l’analyse des systèmes de vote et ayant participé à l’atelier organisé par la Commission nationale de l’informatique et des libertés dédié aux experts de vote électronique. Elle couvre l’intégralité du dispositif installé et des opérations réalisées avant le scrutin, l’utilisation du système de vote durant le scrutin, le dépouillement et la conservation des données après le vote. Elle donne lieu à un prérapport avant le début des opérations de vote et à un rapport d’expertise final, remis aux responsables du traitement automatisé.

Non, vous ne rêvez pas! L’arrêté prévoit bel et bien qu’une et une seule personne est en charge de contrôler l’éventuel million de votes. Bah bravo! Alors, je ne sais si vous êtes allés voter pour les élections présidentielles, mais quand je vois qu’on nous emmerde avec un processus de vote qui date de la préhistoire, que l’on nous interdit normalement de discuter ou de délibérer à propos des candidats ou du scrutin au sein du bureau de vote, que l’on doit attendre que l’assesseur daigne nous ouvrir l’urne afin que nous puissions y déposer notre bulletin de vote avant de s’écrier fièrement « A VOTE! » , et que quand enfin une bonne idée sort de la tête d’un de nos élus, il faut toujours que la machine déraye quelque part!

Donc messieurs nos dirigeants, plutôt que de prévoir au minimum 7 ou 8 personnes par bureau de vote pour vérifier le bon déroulement d’un processus vieillot d’une élection, pourquoi ne pas avoir tout simplement prévu de mettre 2 personnes pour cette pu… d’expertise indépendante, hein!? Bah, une personne, ça coûte moins cher…!

 

source

2 Commentaires

  1. une personnes, deux ou dix ne changerait de toute façon rien à l’affaire.
    Tout est dit dans le mot « scrutin », synonyme d’élection : « scrutin » vient du latin scrutinium, action de fouiller, qui a donné aussi les mots « scruter » (dont les synonymes sont regarder, examiner, inspecter, observer) et « scrutateurs ».
    Avec un vote par internet il n’y a aucune transparence directe possible pour le moment, et donc aucune possibilité de détecter la plupart des fraudes ou dysfonctionnements. Il n’y a plus de scrutateurs (que pourraient-ils voir à part un écran ?)
    L’ASTI, fédération de 30 associations professionnelles et scientifiques d’informaticiens (plus de 5000 membres dont de nombreux chercheurs) a d’ailleurs été très claire sur le sujet :
    « l’ASTI recommande que […] pouvoirs publics, partis politiques et société civile ne recourent en aucune manière au vote électronique anonyme »

    Pour agir
    http://www.ordinateurs-de-vote.org/Vote-electronique-agissons.html

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here