Les domaines en .xxx sont officiellement lancés, mais qui va en profiter réellement?

2
PARTAGER
Les sites en .XXX officiellement lancés

Les sites en .XXX officiellement lancés

 

Publicité

Après des années de débats, depuis ce weekend, les tous premiers sites en .xxx, destinés aux plate formes et autres sites pornographiques, sont en ligne. Pour le moment, seuls 3 sites ont été ouverts mais d’après l’ICM (Institute of Commercial Management), pas moins de 600 000 noms de domaine ont déjà été réservés. Mais attention, ce chiffre n’est pas du tout représentatif du secteur puisque les sites à caractère pornographiques n’ont aucune obligation de passer au .xxx. Nous le savons tous, les sites de cul (soyons clairs et parlons franchement…) représentent un marché très juteux et ce, depuis des années. L’ICM l’a d’ailleurs parfaitement compris. C’est certainement pour cette raison, qu’elle se félicite des 600 000 noms de domaine réservés car cela va lui permettre d’amasser beaucoup d’argent. Mais l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) qui, je vous le rappelle, avait donné son feu vert pour la création d’adresses en .xxx, ne s’est pas oubliée non plus. En effet, il faut savoir que l’acquisition d’un nom de domaine en .xxx se paye au prix fort puisqu’il faut compter environ 70 dollars par an. C’est à dire que l’ICM devrait toucher pas loin de 30 millions de dollars cette année si l’on tient compte des 600 000 domaines déjà réservés et l’ICANN 1,2 millions de dollars.

L’industrie du X négative

C’est d’ailleurs l’une des critiques avancées par la FSC (Free Speech Coalition), un groupe commercial dans le X, et toute l’industrie du X en général, considérant les prix trop élevés. Une autre crainte est de voir une censure pure et simple des domaines en .xxx et d’ailleurs l’Arabie Saoudite et l’Inde ont déjà fait savoir qu’ils bloqueront ce type de domaine, ce qui s’avère beaucoup plus simple à faire plutôt que de filtrer des sites en fonction de mots-clefs ou de listes noires. L’ICM se défend en précisant que ces domaines permettront aux internautes de ne plus tomber par hasard sur des sites pornographiques et une meilleure protection des mineurs. Pour le moment, la réservation des domaines en .xxx n’est que spéculation. Seul l’avenir nous dira si finalement l’industrie du X a adhéré. Mais qui sait, peut-être qu’à l’image de sex.com qui s’est vendu plus de 9 millions d’euros fin 2010, nous verrons un jour sex.xxx avoir le même succès.

Source

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here