Samsung Gear S3 : une version améliorée de la Gear S2 [Test]

2
PARTAGER
Samsung Gear S3 : une version améliorée de la Gear S2 [Test]

Après la montre Gear S2 qui a révolutionné le genre avec son interface et sa bague rotative, le constructeur a dévoilé en novembre dernier la Samsung Gear S3. Résistante à l’eau, dotée d’un écran plus grand, d’un GPS et d’un haut-parleur, elle gagne en fonctionnalités et en autonomie. Après l’avoir découverte lors d’une soirée organisée par Samsung, j’ai eu l’occasion de la porter au poignet pendant plusieurs semaines. Voici ce que j’en ai pensé.

Le contenu du coffret

Pour la nouvelle version de sa montre Gear S, le constructeur a conçu un boitier semblable à celui de la Gear S2. Elle est livrée dans un boîtier cylindrique noir dont le couvercle comprend une inscription bleue : Samsung Gear S3 ainsi que le nom du modèle

Publicité

En ouvrant, on tombe directement sur la superbe montre, le modèle testé étant une Gear S3 Frontier. Le reste des éléments se trouve dans un compartiment disposé au-dessous de la montre : un chargeur à induction avec sa prise secteur et un guide de prise en main.

La fiche technique

La Gear S3 embarque un processeur maison Exynos 7720 cadencé à 1Ghz couplé à 768Mo de mémoire vive et à 4Go d’espace de stockage.

Le boîtier, toujours de forme circulaire, dispose d’un écran Amoled de 1,3″ présentant une résolution de 360 x 360px. Le verre est protégé par un revêtement Gorilla Glass, ce qui lui permet de résister aux rayures.

Sur cette nouvelle version, l’utilisateur pourra compter sur de nombreux capteurs dont certains comblent les manques de la version précédente : luminosité, accéléromètre, podomètre, cardio-fréquencemètre, boussole et pour finir, GPS, altimètre et baromètre.

La connectivité est assurée par le Bluetooth, NFC et le Wi-Fi.

En plus du micro, bien utile pour les commandes vocales, la Gear S3 est dotée d’un haut-parleur. Il devient alors possible de l’utiliser pour écouter de la musique ou échanger avec ses correspondants.

Autre nouveauté par rapport à la Gear S2, la nouvelle montre signée Samsung est certifiée IP68. Elle est donc résistante à la poussière et à l’eau (dans la limite d’une plongée dans 1,5m d’eau pendant 30min max). Samsung précise tout de même qu’elle ne doit pas être utilisée pour plonger et nager.

Pour alimenter le tout, Samsung a équipé la Gear S3 d’une batterie de 380mAh.

Du point de vue des caractéristiques, la Gear s3 est clairement mieux dotée que la Gear S2 : processeur plus puissant, plus de mémoire vive, de nouveaux capteurs et une certification IP68. Le petit hic est que cela entraîne une prise de poids et de taille.

Présentation

La Gear S3 est déclinée en deux versions : la Gear S3 Classic et la Gear S3 Frontier, le modèle plus sportif, celui porté pendant plusieurs semaines.

Quand on découvre la montre, on se rend vite compte que la Gear S3 Frontier se rapproche de la Gear S2 Classic tout en étant plus volumineuse mais toujours aussi « classe », voire mieux.

Son boitier cylindrique en acier inoxydable (Stainless Steel 316L), sa bague rotative et ses deux boutons physiques sont des éléments qui m’avaient déjà séduits sur la Gear S2. Ils sont toujours au RDV et Samsung y a apporté quelques changements.

Comme évoqué ci-dessus, le boitier de la Gear S3 a pris quelques millimètres par rapport à Gear S2. Ses mensurations sont de 49 x 46 x 12,9mm pour 63g alors qu’elles étaient de 43,6 x 39,9 x 11,4mm pour 49g sur le modèle précédent. On ne parle que de millimètres et de grammes mais sur un petit poignet comme le mien, la différence est bien visible. Cette prise de volume est la conséquence des nouveautés proposées par la Gear S3.

La lunette rotative, réel plus pour la navigation au sein de l’interface, est parfaitement intégrée à la montre. Encore une fois, la qualité est au RDV.

Sur cette nouvelle version, Samsung a modifié les boutons qui sont eux aussi très bien intégrés, toujours sur le côté droit du boitier. Alors qu’ils étaient lisses auparavant, ils sont désormais « nervurés ». Cela apporte une petite touche sport à la montre.

Le micro qui servira pour les appels et les commandes vocales se trouve également sur ce même côté droit (sous le bouton Home).

Sur la tranche opposée, Samsung a juste positionné le haut-parleur qui est plutôt discret, ce qui ne l’empêche pas de bien faire son travail.

De chaque côté du boitier, Samsung a prévu un bracelet en silicone (en cuir sur la Gear S3 Classic) fixé via des attaches standards (22mm).

Il est donc aisé de remplacer le modèle de base par un autre modèle Samsung ou par celui d’une autre marque. Autant le bracelet livré avec la S3 Frontier est adapté pour le sport, autant, il est l’est un peu moins quand on porte un costume.

On peut tout de même noter que malgré sa conception en silicone et son apparence moins « classe », Samsung livre un bracelet de bonne facture. Il est épais, semble bien solide et dispose de deux passants pour assurer un meilleur maintien.

Quand on retourne la montre, on découvre le capteur fréquencemètre qui va régulièrement relever votre pouls. Vous pourrez prendre connaissance du résultat directement sur certains cadrans et afficher l’historique via un des widgets de la Gear S3.

Une nouvelle fois, Samsung a conçu une très belle montre aux finitions excellentes. Seules les nouvelles dimensions de ce bijou de technologie pourraient faire hésiter certains acheteurs.

Ecran

La Gear S3 dispose d’un superbe écran tactile Super Amoled de 1,3″ protégé par un revêtement Gorilla Glass SR+. Par rapport à la précédente version, la diagonale s’agrandit, ce qui est agréable et appréciable pour la lecture des informations.

Quant à la résolution, elle reste identique à celle de la Gear S2 : 360 x 360px. La densité s’en trouve donc légèrement réduite par rapport à la S2 qui proposait une diagonale de 1,2″. Je vous rassure, cela n’a aucune conséquence sur la qualité de l’affichage.

Encore une fois, l’écran peut se régler automatiquement via le capteur de lumière ambiante intégré à la montre ou manuellement via un curseur allant de 1 à 10. Au quotidien, à moins qu’il fasse très beau et très lumineux, positionner ce paramètre à 5 suffit amplement.

Sur sa Gear S3, Samsung a porté une technologie proposée sur ses smartphones haut de gamme depuis le Galaxy S7 : Always-on display. Dans les paramètres, l’option « montre toujours allumée » permet de conserver à l’écran l’affichage de l’heure (watch face), même après l’avoir recouverte de sa main.

Normalement, ce geste éteint l’écran tandis qu’avec ce mode, l’affichage passe en N&B mais cela n’impacte pas en rien la qualité du rendu. Cela économisera de la batterie par rapport à un affichage en permanence mais restera plus consommateur qu’avec l’écran éteint.

Depuis l’interface de la montre ou depuis l’application Samsung Gear, il est toujours possible de personnaliser son écran : choix du cadran, de l’arrière-plan ou encore de la police. Un passage sur Galaxy Apps permettra de télécharger des cadrans supplémentaires, gratuits ou payants.

Dans ce domaine, Samsung nous livre un sans faute : un écran réactif et plus grand, du contraste et un superbe rendu lisible en toute condition.

Système et Applications

L’interface

Comme beaucoup de montres connectées, une fois appairée au smartphone, la Gear S3 saura enregistrer les données sur votre activité et votre sommeil, afficher des notifications ou lancer des applications. Elle vous permet aussi de répondre aux messages et aux appels et de gagner en autonomie via le GPS intégré.

Tout comme la Gear S2, Samsung a choisi Tizen OS (version 2.3.2.3) pour le système et l’interface de sa nouvelle montre.

Grâce à sa lunette rotative, il est vraiment très facile de naviguer au sein de l’interface. Elle se présente sous la forme d’une succession d’applications et de raccourcis représentés sous forme de pastilles disposées en cercle. L’interface n’ayant pas évolué depuis la Gear S2, je vous invite à vous référer à son test pour plus de précision.

L’interface de la Samsung Gear S3

La montre répond très rapidement à toutes les sollicitations : mouvements avec la bague, clics sur les boutons (retours ou home) et « taps » sur l’écran.

Tout comme la Gear S2, la bague et les boutons serviront uniquement pour la navigation. La validation se fera toujours par une tap sur l’écran. Un double appui sur la touche Accueil (ou Home) peut par exemple être associé au lancement de Samsung Health ou de S-Voice tandis qu’un triple appui peur lancer un SOS.

Depuis le cadran principal de la montre (Watch face), un mouvement vers la gauche vous affichera les notifications tandis qu’un mouvement dans l’autre sens servira à visualiser les widgets en sachant que la Gear S3 accepte un maximun 15 widgets.

Ça paraît important mais si on a ajouté la télécommande pour la musique, plusieurs réveils, des raccourcis vers des contacts et des widgets sur l’activité, il ne reste finalement plus beaucoup de place.

La Gear S3 comme outil de suivi de l’activité physique

La Gear S3 disposant d’un GPS, effectuer une séance de marche ou de footing avec la montre vous permettra de disposer d’un réel tableau de bord sur votre poignet. L’avantage est que vous n’avez plus besoin de votre smartphone pour disposer des données et du tracé.

Gear S3 : Préparation de sa séance d’entrainement
Gear S3 : Récapitulatif après quelques minutes de marche

D’ailleurs, si vous ne bougez pas assez, la Gear S3 saura vous le rappeler par une vibration et une notification. De la même façon, elle est capable de vous encourager et de vous féliciter.

Gear S3 : Relevés du rythme cardiaque

Même si je n’ai pas trop utilisé ces nouveaux capteurs, les sportifs les plus chevronnés apprécieront l’altimètre et le baromètre intégrés à la montre.

Galaxy Apps : des progrès mais peut mieux faire

En plus des applications disponibles sur la montre, vous pouvez vous connecter sur Galaxy Apps pour en installer de nouvelles. Cela va des cadrans aux applications pour le sport (Fitness, Golf, Foot) en passant par des jeux (Fruit ninja, Snake, 2048, Asphalt), ou des applications plus connues (CNN, Spotifiy,..).

Même si le choix s’est étoffé depuis la commercialisation de la Gear S2, je trouve qu’il y a encore une grande part de cadrans et trop peu d’applications réellement intéressantes.

Les appels et les réponses aux messages

Avec la Gear S2, vous étiez informés lors d’un appel et vous pouviez l’accepter ou le refuser mais c’est le smartphone qui prenait la suite. Désormais, avec la Gear S3 vous pouvez prendre les appels et vous entretenir directement avec votre interlocuteur via le micro et le haut-parleur.

Même si je continue de dire que c’est assez étonnant voire bizarre de parler à sa montre, il faut avouer que cela peut dépanner. Si vous n’êtes pas à côté de votre smartphone ou simplement que vous souhaitez répondre rapidement, c’est très efficace et la qualité du son est bonne.

Pour la réponse aux messages, la Gear S3 offre les mêmes possibilités que la précédente version : messages pré-configurés, emojis (ou doodle), commande vocale ou clavier T9.

Ce n’est pas toujours simple d’utiliser le clavier mais ça fonctionne bien. Pour la saisie vocale, j’ai eu quelques surprises. Autant les premières fois, cela a bien interprété le message dicté, autant par la suite, l’enregistrement s’est plusieurs fois interrompu avec un message « échec saisie vocale ». Tout est revenu dans l’ordre par la suite.

Les applications Samsung Health et Samsung Gear

Pour paramétrer la montre d’un côté et récupérer toutes les donnes relevées de l’autre, deux applications Samsung sont nécessaires : Samsung Gear et Samsung Health

La configuration initiale s’effectue depuis l’application Samsung Gear. Elle a évolué depuis mon test de la Gear S2 mais il s’agit bien de la même. Si vous aviez la Gear S2 et que vous pensez vous laisser séduire par la Gear S3, pas besoin d’installer une nouvelle application.

Je ne vais pas reprendre toute la description mais sachez que l’application Samsung Gear est complète et que vous pouvez piloter entièrement votre montre : sélection des cadrans, gestion des notifications et des applications et accès à Samsung Galaxy Apps.

C’est également depuis cette application que vous connaîtrez l’état de votre montre : batterie restante, espace disque encore disponible et mémoire vive actuellement utilisée. Cliquer sur l’un des icônes apportera des informations complémentaires.

Depuis Samsung Health, anciennement nommée S Health, on prend connaissance des relevés effectués par la Gear S3. Par défaut, on tombe sur les objectifs fixés et sur les données de la journée. A tout moment, on peut basculer sur l’historique pour consulter les journées précédentes.

Dans l’ensemble, les relevés sont bons dans le sens où ils semblent proches de la réalité et proche des données relevées par d’autres appareils. En plus de 15 jours d’utilisation, j’ai observé une seule et fois des relevés assez étonnants : un pic à 199 pulsations par minute sur un trajet quotidien (marche et non course) ou encore un sommeil de 1h03 sur une nuit de 6h.

Il est clair que la Gear S3 est un cran au-dessus de la Gear S2 mais ce n’est pas au niveau logiciel que c’est le plus marqué.

Dès que Samsung Pay sera disponible en France, la Gear S3 se verra dotée d’une fonctionnalité très intéressante. Maintenant, pour gagner encore plus en autonomie, il faudrait que Samsung se décide à sortir en France une version équipée d’une connexion cellulaire (Gear S3 LTE).

Batterie et autonomie

Il y a un bien un élément qui est récurrent parmi toutes les montres testées, c’est leur autonomie encore faiblarde. Attention, je parle que des montres Android Wear ou Tizen que j’ai testé jusqu’à maintenant. Avec sa Gear S3, ce sujet a été travaillé et ça fait plaisir. Pour une montre aussi riche en fonctionnalités et dotée d’un écran de cette taille et de cette qualité, l’autonomie est plutôt bonne.

Alors que Samsung annonce une autonomie de 3 à 4 jours, en utilisation standard, la Gear S3 peut rester éloignée de sa station durant 3 jours, si on ne sollicite pas trop les fonctions GPS.

Une fois la montre posée sur son chargeur induction qui reste d’actualité, il faudra patienter 2h30 pour la recharger entièrement. L’état de la charge et le temps restant apparaissent à l’écran qui, pour l’occasion, passe sur un affichage en mode paysage (horizontal).

Samsung indique que grâce à la charge rapide, 15min de charge suffisent pour récupérer 10h d’autonomie.

Tout comme les smartphones, vous pouvez économiser de la batterie en diminuant le délai avant la veille, en réglant la luminosité de façon automatique ou en activant un mode « Eco. d’énergie », évidemment au détriment de fonctionnalités.

Tout d’abord votre montre passe en N&B puis vous pouvez oublier le Wi-Fi car toutes les fonctions sont désactivées les messages, appels et notifications. Les performances seront également moins bonnes mais cela vous fera gagner un peu de temps.

Prix et disponibilité

La Samsung Gear S3 est disponible sur le site Samsung Shop à un tarif de 399,00€ que ce soit la Gear S3 Classic ou la Gear S3 Frontier. Elle est vendue avec un second bracelet.

Sur Amazon, la Gear S3 Classic est proposée à 359,99€ et la Gear S3 Frontier à 362,87€.

De plus, via l’opération Life In Motion qui se déroule jusqu’au 31 mai 2017, Samsung propose un Offre De Remboursemet (ODR) de 50€ pour l’achat d’une de ses Gear S3.

Depuis le site, vous pouvez également acquérir des accessoires : un chargeur à induction (39,00€) et plusieurs bracelets (silicone, alligator ou cuir).

Conclusion

Avec sa Gear S3, Samsung nous livre une montre complète, au design et aux finitions impeccables. Elle gagne en autonomie et en fonctionnalités par rapport à la Gear S2 mais au détriment d’une prise de poids et de taille. Il ne reste plus grand chose à modifier pour en faire la montre de référence.

2 Commentaires

  1. Pourquoi parler de boitier en aluminium pour ensuite indiquer qu’il s’agit d’acier ?
    Stainless Steel signifie acier inox !!

    • Bonjour,
      Vous avez tout à fait raison. Le boîtier de la Gear S3, tout comme celui de la Gear S2, est en acier inoxydable.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here