SteelSeries Siberia 350 : un casque pour gamer avec technologie DTS 7.1 [Test]

0
PARTAGER
SteelSeries Siberia 350 : un casque pour gamer avec technologie DTS 7.1 [Test]

Depuis plusieurs années, la gamme SteelSeries Siberia fait partie des références des casques dédiés aux jeux vidéo. Parti sur ma lancée des tests de produits SteelSeries, je vous propose de découvrir, après mes publications sur la souris Rival 500 et le clavier Apex M500, mon ressenti sur le casque Siberia 350. Rien de mieux qu’un casque de qualité pour se plonger dans un jeu et vivre au mieux toute l’aventure. Après une quinzaine de jours de tests et de nombreuses heures de jeu, voici mon bilan.

Contenu de la boite

En découvrant la boîte, on retrouve l’univers des produits SteelSeries découvert avec les autres périphériques de la marque testés récemment. On est en présence d’une boîte en carton de bonne qualité présentant plusieurs visuels ainsi que certaines caractéristiques du casque : compatibilité PC, MAC, PS4, son Surround 7.1 et éclairage personnalisable.

Sur une des tranches, on peut prendre connaissance des caractéristiques techniques du produit tandis que sur les autres, on découvre d’autres visuels.

En ouvrant, on découvre le casque Siberia accompagné d’un guide de démarrage rapide. Bon, c’est plutôt un fascicule qui vous invite à télécharger l’application SteelSeries Engine 3 et qui indique que le micro est rétractable et que le casque comprend un bouton pour activer / désactiver le micro.

Caractéristiques

Le casque SteelSeries Siberia 350 est de type « Circum-aural », ce qui signifie que les deux écouteurs vont recouvrir entièrement vos oreilles. Il intègre une technologie permettant de simuler une spatialisation, grâce à la technologie DTS 7.1 Heaphone:X. L’objectif est de proposer la meilleure immersion possible.

Pour celles et ceux qui souhaitent des éléments plus techniques, le Siberia 350 est équipé d’un transducteur Néodyme de 50mm et offre une fréquence de fonctionnement entre 20 et 28000 Hz et une impédance de 35 Ohms.

Etant donné qu’il est multiplateforme, vous pourrez aussi bien l’utiliser sur ordinateur que sur console PS4, en sachant que ce casque est recommandé pour une utilisation de type « jeux ».

Il est équipé d’un micro unidirectionnel et rétractable ainsi que d’un bouton permettant de couper ce dernier et d’une télécommande pour intervenir sur le volume sonore.

Il est personnalisable via un retro-éclairage RGB 16,8 millions de couleurs et se connecte à votre appareil via un câble USB (plaqué or) d’une longueur de 1,5m dont l’embout est protégé par un cache. L’application SteelSeries Engine 3 servira à gérer les profils et à intervenir sur l’équaliseur.

Il existe en blanc, en noir/gris, en noir (modèle testé) et pèse moins de 300g (292g).

Présentation et design

Le casque est constitué de deux grands écouteurs de forme ronde qui vous venir couvrir vos oreilles. Ils proposent un bon rembourrage en simili-cuir qui est agréable au toucher et qui permettra de le porter longtemps sans être gêné.

Les deux écouteurs munis de multitudes de leds sont reliés à un bandeau « suspendu » qui s’élargit à l’emplacement où l’on viendra poser le casque sur votre crâne. C’est également sur ce dernier que la marque danoise est venue inscrire son logo.

Ce système de « bandeau » permet d’épouser la forme du crâne et ainsi proposer une bonne répartition de la pression.

A l’inverse d’un casque qui propose un arceau rigide même rembourré, avec le Siberia 350, il semble difficile voire impossible de mal le positionner. En effet, le système de câbles trouve tout son utilité à ce moment : ces derniers se déroulent pour s’ajuster aux dimensions de la tête de celui qui le porte.

Sur ce casque, la partie rigide, constituée de deux arceaux métalliques assez fin permet de renforcer la structure du casque et éventuellement de le protéger en cas de chute. Les « oreillettes » du casque sont fixées à ces tiges via des charnières qui semblent solides. Même si on trouve de nombreux éléments en plastique, la qualité de fabrication est bien présente.

C’est dans l’écouteur gauche que vient se loger le micro. Il est placé à l’extrémité d’une « tige » rétractable et souple pour permettre un meilleur positionnement. En fait, on imagine qu’il vient s’enrouler à l’intérieur de l’écouteur. Il semble solide et peut épouser la forme que vous lui donnez sans donner l’impression qu’il va casser.

L’interrupteur permettant l’activation ou non du casque est situé sur ce même écouteur. Je dirais qu’il n’est pas idéalement situé mais ça fonctionne et c’est le principal.

Enfin, une télécommande permettant de régler le volume est disponible sur le câble du casque.

Performances

Avant tout, au niveau du confort, le Siberia 350 est vraiment bien : il est léger, les écouteurs sont confortables et on ne sort pas de plusieurs heures de jeu avec un mal de crâne. Le bandeau et les arceaux maintiennent bien le casque sur la tête sans pour autant percevoir l’impression d’être dans un étau.

Pour l’avoir testé sur plusieurs jeux, je suis satisfait du résultat. Au global, le son est de qualité. Sur PC, en activant le système DTS en pleine partie, on note bien la différence mais je vous conseille de modifier les réglages par défaut. En effet, lors des premiers tests, le rendu est tel qu’on a l’impression de se trouver au milieu de sa salle de bain.

En intervenant sur les égaliseurs, on obtient un meilleur résultat mais ça ne permet pas non plus de reproduire un système avec plusieurs enceintes réparties autour de soi.

Sur les jeux, il est important voire primordial de percevoir tous les sons et grâce à ce système, on se retrouve vraiment au coeur de l’action. Par contre, je trouve qu’il ne permet pas toujours de bien les situer. Je m’explique en prenant l’exemple d’un jeu de type FPS : on sait que le son ne provient pas de devant ou des côtés mais il faut lever la tête ou se retourner pour identifier la menace. Cela devient encore plus compliqué quand vous vous trouvez au milieu de multiples fusillades et d’explosions.

Utilisation PC vs PS4

Concernant la compatibilité PS4, du fait du branchement USB, le casque ne peut être branché directement à la manette sans fil (prise jack nécessaire). Vous devez donc connecter le périphérique directement sur la console, ce qui présente un inconvénient : vous êtes forcé de vous trouver à moins d’un 1,5m de la PS4. Il ne vaut mieux pas avoir un écran de trop grande taille sous peine d’avoir l’impression d’avoir le nez dessus.

C’est moins vrai lors d’un branchement à un ordinateur car l’écran est souvent plus petit et on utilise d’autres périphériques tels que la souris et le clavier qui eux aussi sont branchés via un câble. En tout cas, c’est très souvent le cas pour le matériel de joueurs.

L’autre inconvénient de connecter le casque à la PS4 est que la molette du son n’est pas fonctionnelle. Que vous agissiez dans un sens ou dans un autre, il ne se passe rien. Pensez donc à bien régler le volume sur la console avant de démarrer votre partie.

Maintenant si on reste sur la partie volume, j’aurai préféré avoir un système de blocage pour indiquer le volume minimum et maximum. Là, on tourne la molette sans savoir, du moins quand le casque n’est pas sur sa tête. C’est le cas aussi bien sur PC que sur PS4.

Il y a un autre avantage à utiliser le casque sur un ordinateur plutôt que sur la PS4 : la personnalisation du casque via le logiciel Engine 3 – sujet abordé ci-dessous – et la spatialisation, impression ressentie uniquement sur PC.

L’application SteelSeries Engine 3

Après avoir successivement utilisé le logiciel pour une souris, un clavier et maintenant le casque, je commence à bien connaître ce sujet.

Comme d’habitude, le logiciel détecte automatiquement le périphérique branché et propose le téléchargement d’une nouvelle version si cela s’avère nécessaire.

On retrouve bien évidemment la notion des profils utilisateurs qui vous permettront d’enregistrer une configuration spécifique pour chaque personne ou type d’utilisation : jeu, musique ou jeu par exemple.

En termes de personnalisation, vous pouvez paramétrer la couleur des leds présentes sur les écouteurs. Comme sur la souris et le clavier, la couleur peut être fixe, changeante (ColorShift) ou encore une fois imiter la respiration humaine (respiration multicolore). Vous pouvez également configurer l’application pour que les leds s’illuminent en fonction de l’état de santé de votre personnage.

Par contre, on en arrive au même bilan que pour la souris : le nombre d’applications compatibles avec les fonctions avancées est encore très limité et quand vous le portez sur la tête, la couleur du casque ne vous sera d’aucune utilité.

Prix et disponibilité

Proposé habituellement au tarif de 129,00€, le casque Siberia 350 est disponible sur le site SteelSeries à 109,99€. Ce prix est intéressant car il est inférieur à celui affiché sur les principaux sites marchands proposant ce type de périphériques.

Conclusion

Que ce soit au niveau fabrication, rendu sonore et même confort d’utilisation, le SteelSeries Siberia respire la qualité. Même si c’est une histoire de goût, j’ai réellement apprécié le design du casque et son système de maintien.

SteelSeries propose une compatibilité PC / MAC et PS4 mais c’est sur PC (par rapport à la PS4) que c’est le plus appréciable : personnalisation du casque système DTS Headphone:X et longueur du câble moins gênant.

Maintenant, le système de leds présent sur les écouteurs est un bonus sympathique et il ne faut pas le voir autrement car il est difficile d’y trouver une réelle utilité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here