Meizu M5c : un smartphone équilibré à un tarif compétitif [Test]

0
PARTAGER
Meizu M5c : un smartphone équilibré à un tarif compétitif [Test]

Après avoir testé le Meizu M5 en février dernier, j’ai eu l’occasion de prendre en main et de passer quelques semaines en compagnie du Meizu M5c, un smartphone compact doté d’un design séduisant et épuré qui est proposé à un prix compétitif.

Contenu de la boite

Le Meizu M5c est livré dans une boite entièrement blanche avec uniquement la référence de l’appareil sur le dessus et quelques caractéristiques au dos. Elle est semblable à celle du Meizu M5.

Publicité

En ouvrant, on découvre le Meizu M5c doré protégé par deux films, un à l’avant avec les points forts du smartphone et l’autre au dos avec l’emplacement pour la carte sim et la carte mémoire (ou seconde carte sim).

Au-dessous, les différents accessoires et documentations sont disposés dans un petit compartiment : un câble USB, un adaptateur secteur, un extracteur (pour le tiroir sim), un kit mains libres, un guide de prise en main et quelques fascicules supplémentaires.

Caractéristiques

Le Meizu M5c est animé par un processeur Mediatek MT6737 constitué de 4 coeurs cadencés à 1,3Ghz couplé à 2Go de mémoire vive et à 16Go d’espace disque. Il est possible d’y glisser une carte mémoire pour augmenter cette capacité (micro-SD de 128Go max). Cet appareil aux dimensions maîtrisées (144 x 70.5 x 8.3) est doté d’un écran IPS LCD de 5″ offrant une définition HD (720 x 1280 px). Cela lui alloue une densité d’environ 294 ppi.

La partie photo est assurée par un capteur photo principal de 8Mpx proposant une ouverture f/2.0 et doté d’un autofocus et d’un flash dual led. Vous pourrez capturer des vidéos en HD à 30fps. A l’avant, c’est via un capteur de 5Mpx (ouverture f/2.2) que vous pourrez faire des selfies.

En plus des capteurs qui prennent position dans le smartphone (accéléromètre, gyroscope, capteur de luminosité,…), on y trouve tous les composants assurant la connectivité du terminal : WiFi (802.11a/b/g/n, 2.4GHz), Bluetooth 4.1 et compatibilité 4G LTE.

Maintenant que nous avons l’habitude de le voir dans toutes les gammes de smartphone, je trouve dommage que Meizu ait fait l’impasse sur le lecteur d’empreintes digitales.

Le tout est alimenté par une batterie non amovible de 3000mAh. Enfin, il tourne sous Android 6 Marshmallow avec une surcouche Flyme OS 6.

Présentation du M5c

Pour un smartphone de cette gamme et de ce prix, j’ai été agréablement surpris du design. Même s’il n’a rien d’extraordinaire, il est très bien réalisé, agréable à regarder et à utiliser, surtout dans la couleur testée (doré).

Avec sa coque en polycarbonate, ses coins arrondis et son dos tout lisse (même au niveau du capteur photo), je trouve le M5c très réussi. De plus, il n’y a rien à redire du côté des finitions.

Si on fait le tour du propriétaire, on note une façade avant assez épurée. Au-dessus de l’écran se situent le haut-parleur, l’appareil photo selfie et des capteurs.

Au-dessous de ce dernier, on ne trouve qu’un seul bouton physique. Il servira à revenir sur la page Home mais aussi de fonction « Retour ». Il suffit d’y apposer son doigt (et pas de cliquer dessus).

Si on continue le tour, le bouton power et la barre de volume sont positionnés sur la tranche droite, le tiroir pour les cartes sim (ou la carte sim et la carte mémoire) sur la tranche opposée.

La prise USB et le haut-parleur prennent position sur la tranche inférieure alors que la prise casque est toute seule sur le côté opposé.

Quand on retourne l’appareil, les différents éléments sont alignés de haut en bas : le capteur photo principal, le flash puis le logo de la marque. On peut noter que le dos est parfaitement lisse : le capteur photo ne dépasse de la surface arrière.

Interface et applications

Tout comme le Meizu M5, le M5c tourne sous Android 6 avec la surcouche maison Flyme OS (version 6). Ceux qui ne connaissent pas peuvent être un peu désorientés mais on s’y fait vite. De plus, l’interface est bien pensée et finalement assez intuitive, du moins quand on a dépassé l’étape de découverte.

Pour avoir déjà utilisé des appareils Meizu, je vous assure que les habitudes sont très vite revenues. Pour ceux qui découvrent, je précise que le multitâches s’obtient par un mouvement de bat en haut depuis le bas de l’écran.

Autre spécificité des appareils Meizu, comme pour beaucoup d’appareils de marque chinoise, il n’y a pas de tiroir d’applications. Elles sont toutes disposées sur les différentes pages ou dans des dossiers.

Avec 16Go d’espace de stockage, on peut vite être limité si aucune carte mémoire n’est installée. Heureusement, le M5c n’est pas livré avec un nombre trop important d’applications, ce qui est une bonne chose. Il y a les outils Meizu et quelques programmes complémentaires comme des jeux. Si vous le souhaitez, vous pouvez les supprimer pour grappiller quelques Mo supplémentaires.

Si vous êtes un utilisateur des applications Google, il faudra passer par Google Installer pour retrouver votre environnement habituel. Pour les autres applications ou jeux que vous souhaiteriez télécharger, il faut basculer sur le Google Play Store ou sur le Store Meizu qui propose aussi des thèmes et des fonds d’écran.

Tout comme sur le Meizu M5, vous allez pouvoir activer quelques fonctions assez sympathiques pour personnaliser encore plus votre interface : activation par gestes ou touche intelligente.

Alors que OneMind, l’intelligence artificielle capable d’apprendre de l’utilisateur, est plutôt passé inaperçu lors de mon utilisation, j’ai testé le Mode jeux. Ce dernier permet de réduire le nombre de notifications lorsque vous êtes en pleine partie ou encore de désactiver la fonction retour de la touche Home. L’avantage de ce mode est qu’il est n grande partie paramétrable.

Si vous êtes amenés à prêter votre smartphone à vos enfants, sachez que Meizu a prévu le coup avec son Kids Mode. Dans ce cas, c’est vous qui décidez quelles sont les applications qu’ils pourront utiliser au sein de leur propre interface.

Écran

L’avantage de disposer d’un écran proposant une diagonale de 5″, c’est que le smartphone peut être utilisé d’une seule main, ce qui bien pratique.

La définition proposée sur le Meizu (HD) est suffisante sur un écran de cette dimension. De toute façon, il aurait été plus compliqué de rester à ce tarif avec un écran Full HD.

L’écran s’adapte automatiquement à la luminosité ambiante même s’il sera difficile de bien voir si vous êtes au soleil. Les réglages proposés à la livraison sont bons mais si vous souhaitez intervenir dessus, vous pouvez le faire via le menu Paramètres (chaleur chromatique).

Appareil photo

En testant ce smartphone, je ne m’attendais pas à des miracles du côté de la photo et cela s’est confirmé. Le Meizu M5c, avec son capteur principal de 8Mpx et son capteur selfie de 5Mpx, propose un mode photo avec une dizaine de filtres, un mode vidéo et un mode beauté.

Le rendu du capteur principal n’a rien d’extraordinaire mais on parvient à sortir quelques bons clichés avec de bonnes conditions. Cela se gâte dès lors que cela s’assombrit ou que vous êtes en intérieur.

Voici quelques exemples de photos prises avec le Meizu M5c :

Meizu M5c : un smartphone équilibré à un tarif compétitif [Test]

Le Meizu M5c et son mode GIF

Je n’ai pas ajouté de vidéos car je n’ai pas trouvé le M5c très convaincant. Ce n’est pas trop sur la définition proposée (HD en 30fps) mais plutôt sur son comportement. J’ai noté à plusieurs occasions des soucis de mise au point et des ralentissements.

Performances

Le M5c n’étant pas un smartphone haut de gamme, il ne faut donc pas s’attendre aux mêmes performances mais vous pourriez tout de même être surpris de voir de quoi il est capable.

Sur les jeux les plus gourmands, on sent qu’il est un peu à la traîne mais sur les autres, il présente une fiche technique suffisante pour les faire tourner.

Maintenant au quotidien, le Meizu M5c est fluide et réactif. Je n’ai noté aucun ralentissement ou sortie de programme. Les applications se lancent rapidement et le passage par le multitâches s’effectue sans aucun souci.

Batterie et autonomie

A côté de cette fiche technique d’entrée de gamme, le constructeur a équipé son M5c d’une batterie de 3000mAh.

J’ai trouvé assez étonnant que cette batterie ne parvienne pas à fournir un niveau d’autonomie supérieur. Avec une pleine charge, on peut facilement dépasser la journée et en fonction de l’utilisation atteindre 1,5 jours. J’espérais une meilleure autonomie mais c’est déjà bien.

Malheureusement, le Meizu M5c ne bénéficie pas d’une technologie de charge rapide, ce qui est tout à fait compréhensible pour cette gamme de prix.

Pour gagner un peu d’autonomie, le smartphone propose deux modes d’économie d’énergie : le mode faible consommation qui réduit les effets et les performances et le mode super économie d’énergie qui bascule en noir et blanc puis désactive certaines fonctions.

Prix et disponibilité

Le Meizu M5c est proposé en 5 coloris et présente l’avantage d’être proposé à un tarif de 129,90€. Vous le trouverez chez tous les partenaires de la marque listés sur le site web Meizu.

Conclusion

Avec le Meizu M5c, le constructeur chinois propose un smartphone offrant un design classique mais très réussi avec un bon rapport qualité prix.

Je dirais qu’il lui manque un lecteur d’empreintes digitales et un capteur photo de meilleure qualité mais à ce tarif de 129€, il fait parfaitement l’affaire pour une personne qui s’équipe pour la première fois ou qui a un budget limité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here