Brinno TLC200 Pro : une caméra dédiée au timelapse [Test]

0
brinno TLC 200Pro : une caméra dédiée au timelapse [Test]

Sur de nombreux smartphones, il existe un mode time lapse, un système permettant de créer des vidéos avec un effet d’accéléré. Maintenant, si je vous dis qu’il existe des caméras dédiées au time lapse. C’est à l’occasion de l’événement Tech Party que j’ai découvert la marque Brinno et plusieurs de leurs produits, dont la caméra Time Lapse TLC200 Pro. Peu de temps après, j’ai eu l’opportunité de recevoir cette caméra pour la tester. Voici ce que j’en ai pensé.

Coffret

La caméra TLC200Pro est livrée dans une boîte rectangulaire noire présentant un visuel sur le dessus et les principales caractéristiques sur le dessous. Les tranches contiennent uniquement le nom de la marque et sa baseline “never miss à shot”.

brinno TLC 200Pro : une caméra dédiée au timelapse [Test]

En ouvrant le coffret, on tombe sur deux documentations orange : un guide de prise en main en 14 langues et un manuel d’utilisation uniquement en anglais. Au-dessous, dans un compartiment moulé pour bien protéger le produit vient se loger la caméra TLC200 Pro.

Enfin, c’est dans une petite boîte noire que se trouvent tous les accessoires fournis : 4 piles LR6, un cache pour l’objectif de la caméra, un mini tournevis, un adaptateur SD / Micro-SD et une carte micro SD. Pour le tournevis, je vous expliquerai à quoi il sert un peu plus tard. Quant au second cache, il trouve son utilité si vous êtes amené changer d’objectif. Eh oui, il est possible de remplacer celui-ci par l’un de ceux proposés option (BCS 18-55 ou BCS 24-70).

brinno TLC 200Pro : une caméra dédiée au timelapse [Test]

La première surprise est la livraison d’une carte mémoire. Je ne pensais qu’elle serait intégrée dans le coffret. La deuxième concerne sa capacité : elle est de 8Go alors qu’il est indiqué 4Go sur le site web de la marque Brinno.

brinno TLC 200Pro : une caméra dédiée au timelapse [Test]

Fiche technique

Comme indiqué au-dessus, les principales caractéristiques de cette caméra sont inscrites au dos de la boîte.

Le produit Brinno référencé sous l’appellation TLC200 Pro est une caméra timelapse dotée d’un écran TFT LCD de 1,44″. Elle embarque un capteur 1/3″ HDR de 1,3Mpx et son optique BCS 019 propose une ouverture f/2.0 ainsi qu’un champ de vision de 112°.

Elle est capable de générer automatiquement des vidéos dont la résolution est 1280 x 720px.

Elle est alimentée par 4 piles AA et propose un connecteur micro USB et un emplacement pour une carte micro-SD (pour l’enregistrement des vidéos). Selon le site, la capacité max de la carte SD acceptée par la caméra est de 32Go. Avec une telle carte, Brinno a estimé que la caméra pouvait capturer 240 000 photos (en qualité “Good”).

Les dimensions de la caméra sont de 64 x 52 x 107 mm pour un poids de 140g sans les piles.

Design

En découvrant la caméra pour la première fois, la première chose que j’ai envie de déclarer est à l’attention des équipes Brinno, pour les féliciter pour le format compact de la caméra. Vous allez pouvoir la glisser dans votre sac sans aucun problème et ainsi tester ses propriétés partout où vous vous déplacez.

Ensuite, d’un point de vue conception, le produit semble bien solide et les finitions sont bonnes, à part une exception, le bouton permettant d’allumer et d’éteindre la caméra. Je reviens sur ce sujet un peu plus tard. Enfin, les deux caches présents sur le côté contrastent un peu avec le reste mais sinon, il n’y a rien à redire

brinno TLC 200Pro : une caméra dédiée au timelapse [Test]

Le devant de la caméra est principalement occupé par l’objectif, un objectif orientable en hauteur. La marque a eu la bonne idée de fournir un cache, un accessoire bien utile pour protéger l’optique en cas de déplacement ou quand on ne l’utilise pas. Le logo de la marque est présent dans la partie basse de cette face avant.

brinno TLC 200Pro : une caméra dédiée au timelapse [Test]
L’objectif orientable de la caméra TLC200 Pro

Au dos de de la caméra se trouve l’écran LCD de 1,44″ ainsi que deux boutons physiques de forme rectangulaire. Un peu plus bas, l’appareil dispose d’un autre bouton, cette fois de forme ronde, ainsi qu’un curseur pour allumer la caméra. Ce dernier ne semble pas aussi solide que les autres. C’est surtout qu’il y a un peu de jeu quand on le manipule. Je n’ai observé aucun problème de fonctionnement mais je n’aurai peut-être pas opté pour ce type de bouton.

brinno TLC 200Pro : une caméra dédiée au timelapse [Test]
La face arrière de la caméra TLC200 Pro
brinno TLC 200Pro : une caméra dédiée au timelapse [Test]
L’écran de 1,44″ et les boutons de navigation de la caméra

La référence de la caméra est inscrite au-dessus de l’écran, dans le coin supérieur droit. Sur la tranche supérieure, on distingue une petite led ainsi qu’un emplacement qui peut servir à glisser une dragonne ou une lanière. Ce n’est clairement pas une action cam mais la dragonne est une bonne mesure de sécurité si vous vous déplacez avec la caméra dans la main.

brinno TLC 200Pro : une caméra dédiée au timelapse [Test]

Sur le côté droit (avec la caméra vue de dos), Brinno a disposé deux emplacements protégés par des caches, celui du haut pour la carte SD et l’autre pour une prise micro-USB et un port pour connecter un autre accessoire de la marque (Shutter Line ATS110). Ce dernier permet de créer des vidéos Stop Motion ou Face TimeLapse.

brinno TLC 200Pro : une caméra dédiée au timelapse [Test]

Sous l’appareil, on trouve le logement pour les 4 piles ainsi que le pas de vis pour fixer la caméra comme il se doit, sur un trépied par exemple. Évidemment, la caméra peut être posée sur une étagère, une table ou tout autre support. Les 4 petits pieds antidérapants sont là pour nous le rappeler.

brinno TLC 200Pro : une caméra dédiée au timelapse [Test]

Fonctionnement

Timelapse, kézako ?

Avant d’aller plus loin dans l’utilisation de cette caméra, je rappelle à quoi correspond le terme “timelapse”. Il s’agit d’un effet d’accéléré et dans notre cas, la caméra va positionner les unes derrière les autres des photos prises à intervalle régulier. Je suis sûr que vous avez déjà expérimenté ou vu ce type de vidéo, pour un coucher de soleil, pour l’éclairage d’une ville ou la surveillance d’un site. Ce mode est proposé sur de nombreux modèles de smartphone.

En premier lieu, cette caméra offre un mode HDR, ce qui va lui permettre de capturer des photos par tout type de luminosité. Cela devient intéressant aussi bien pour la prise de vue de nuit que pour les journées en plein soleil.

En l’utilisant, on se rend compte que la caméra est capable de générer seule des vidéos timelapse en appuyant sur un seul et unique bouton. Vous n’aurez aucun besoin de rester devant un logiciel de montage sur votre ordinateur. Le fichier généré est créé très rapidement sur la carte mémoire à la fin de l’enregistrement. Ainsi la caméra est de nouveau opérationnelle pour une nouvelle vidéo.

En fait, je pourrai résumer ses principaux points forts par “simplicité, efficacité et autonomie”. Je ne dis pas que tout est parfait mais vous allez voir que le plus difficile sera de trouver la bonne scène à filmer. Je vous donne un peu plus de détails ci-dessous.

Une fois les 4 piles insérées, basculer le curseur sur la position ON allumera le petit écran LCD. Par défaut, il affiche le timer, la date et l’heure. En appuyant sur le bouton Menu, vous accédez à toutes les options de la caméra. D’ailleurs, après avoir fait le tour,
j’ai décidé de conserver l’horodatage (pour se rendre compte de la période filmée) puis j’ai activé le mode HDR et une vitesse de 30 FPS.

Un menu en anglais et une navigation perfectible

De mon point de vue, je trouve que l’interface de la caméra n’est pas son point fort et cela pour plusieurs raisons. La première est qu’elle est uniquement en anglais. Bon il est vrai que cela reste compréhensible et que ce sont des termes “techniques” reconnaissables pour ceux qui ont déjà touché à une caméra ou un appareil photo. Le choix de l’anglais est compréhensible mais proposer plusieurs langues aurait été un “plus”.

C’est surtout le second point qui m’a le plus gêné : j’ai trouvé que la navigation dans le menu n’était pas très intuitive. A mon avis, il aurait été plus simple de prévoir une molette ou deux boutons sur le côté de l’écran (haut / bas) voire un affichage différent au niveau de l’écran, surtout qu’il est assez grand pour afficher ces infos différemment. On ne comprend pas toujours où cliquer pour revenir en arrière par exemple. Pour valider, c’est simple car il y le bouton OK. Pour les deux “Menu” et “Time”, on comprend que c’est pour naviguer de gauche à droite mais j’aurai fait ça différemment.

On peut parcourir rapidement la documentation fournie mais normalement, même si le menu est en anglais, on finit quand même par s’habituer au menu et aux différentes fonctions. Cela ne m’a pas empêché de continuer à faire quelques erreurs de manipulations. Bon, ça n’a pas d’impact à part faire perdre un peu de temps.

La caméra a été conçue pour permettre d’orienter l’objectif et de filmer tout ce qu’on souhaite. Elle peut donc être installée en hauteur et abaisser l’objectif pour filmer vers le bas ou inversement. C’est très pratique et surtout, en bougeant l’objectif, on se rend compte qu’il n’y a aucun risque qu’il bouge tout seul. Encore une fois, la qualité est au RDV.

Un fonctionnement ultra simple et aucun montage nécessaire

Une fois les paramètres définis, un clic sur le bouton OK allume l’écran et permet d’ajuster la visée tandis qu’une nouvelle pression déclenche la capture. La mention REC apparaît alors sur l’écran. Au bout de quelques instants, l’écran s’éteint mais l’enregistrement continue bien évidemment.

Ensuite, vous pouvez continuer de vaquer à vos occupations. C’est bien ce qui est appréciable avec la TLC200 Pro : vous lancez l’enregistrement et plus besoin de s’en occuper. Elle est capable de capturer des photos en toute autonomie pendant plusieurs jours.

Il est dommage que l’écran ne serve que pour paramétrer la caméra et “viser”. Il est vrai qu’il n’est pas très grand mais il aurait été utile de pouvoir découvrir le rendu (ou un extrait) directement depuis la caméra. Cela aurait pu servir à vérifier que tout était OK avant de lancer un enregistrement plus important.

À tout moment, vous pouvez cliquer sur OK un court instant pour interrompre la capture. Le traitement post-enregistrement démarre mais ne dure qu’un petit instant. C’est très appréciable car vous n’avez rien à faire. Une poignée de secondes plus tard, la caméra est de nouveau prête à enregistrer.

Comme indiqué plus haut, démarrer un enregistrement est ultra-simple mais cela n’empêche pas la caméra de proposer de nombreuses options disponibles dans son menu. En plus de déterminer le nombre d’images par seconde (FPS) ou le réglage du HDR, la caméra TCL200 Pro offre les options suivantes : balance des blancs (dont un mode Auto), qualité de l’image (Best, Better ou Good), scène (dont nuit et lune) ou encore l’exposition.

Je ne l’avais pas précisé jusqu’à maintenant mais la caméra peut être programmée pour démarrer un enregistrement tout seul. Il suffit alors de définir une heure de début et de fin. Offrir cette fonction est intéressante mais attention car la caméra n’est plus “fonctionnelle” en dehors de cette plage et cela ne présente aucun intérêt si vous souhaitez filmer plusieurs jours.

brinno TLC 200Pro : une caméra dédiée au timelapse [Test]

Que ce soit en pleine journée, au petit matin ou en pleine nuit, la caméra est capable d’enregistrer avec un résultat tout à fait satisfaisant. Si vous regardez la vidéo qui suit, vous remarquerez avec le timestamp que nous sommes en pleine nuit et pourtant, on distingue bien le décor. Evidemment, le plus sympa quand on ne peut filmer un superbe décor est de laisser la caméra capturer la même scène plusieurs jours de suite. On apprécie alors les changements de lumière, le mouvement des nuages et autres variations.

brinno TLC 200Pro : une caméra dédiée au timelapse [Test]

Pour récupérer les vidéos générées par la caméra, deux solutions s’offrent à vous : brancher un câble micro-USB à la caméra (non inclus) et à votre ordinateur ou récupérer la carte mémoire et l’insérer dans le lecteur adéquat. La seconde solution nécessite plus de manipulation mais la vitesse de transfert sera plus rapide. A titre d’information, une vidéo de 1min30s pèse environ 400Mo tandis qu’une vidéo de 10s pèse 40Mo.

Parmi toutes les séquences filmées, je n’ai remarqué qu’une seule anomalie. Un jour, en voulant interrompre la capture avec la procédure habituelle, cela n’a pas fonctionné. La caméra ne semblait plus répondre. Après avoir visionné les fichiers, je me suis rendu compte qu’il manquait quelques secondes à ma vidéo. L’enregistrement s’était sûrement arrêté (sans retour à l’écran) puis avait redémarré, probablement avec mes différents clics sur le bouton. Cela ne s’est jamais reproduit.

Avant de partager avec vous quelques observations, il existe une utilisation que je n’ai pas testé. Quand la caméra est connectée à votre ordinateur, il est possible de l’utiliser en tant que webcam. Je n’hésiterai pas à vous faire un retour dès que j’aurai essayé cette fonction.

Quelques observations…

Après cette période de test, j’ai noté quelques observations. La première concerne le fait que le boitier ne soit pas résistant aux intempéries. Il aurait été excellent de pouvoir filmer en extérieur sans se poser la question de la météo… et encore plus en hiver. Bon au moins, la marque a prévu le coup avec l’accessoire Brinno ATH120 et c’est déjà bien. Par contre, cela représente un coût supplémentaire.

Ensuite, même s’il s’agit d’une caméra qui va créer toute seule une vidéo à partir des x photos prises à intervalle régulier, la marque aurait pu prévoir un mode photo. Là, il est uniquement possible de capturer des vidéos. En branchant la caméra à un ordinateur, on aurait pu rapidement récupérer la photo et se rendre compte du résultat avant tout enregistrement.

Enfin, pour modifier la mise au point, il est nécessaire d’utiliser un accessoire fourni dans le coffret. Si vous avez besoin d’agir sur ce paramètre, il faut se rendre dans le menu correspondant, dévisser, faire la mise au point puis revisser. Peut-être que dans les prochaines versions, le procédé sera plus simple.

Batterie et autonomie

Comme je l’ai rappelé à plusieurs reprises, cette caméra est alimentée par 4 piles AA (ou LR6), ce qui est plutôt étonnant mais finalement très efficace. Le plus souvent, ces appareils sont alimentés par des batteries.

Maintenant, la marque indique que son autonomie est de 42 jours lorsqu’on prend une photo toutes les 5 min avec le mode “Jour”. Pour le coup, c’est top et c’est clairement le point fort de cette caméra. Si vous souhaitez plus d’infos sur l’autonomie attendue en fonction du mode sélectionnée, je vous invite à vous référer aux différents tableaux publiés sur le site web brinno.

Même si je l’ai utilisé plusieurs jours sans l’arrêter avec différents modes, il est difficile de donner mon avis sur le sujet. À la fin de mes tests, l’indicateur de batterie était au 3/4 plein. Le hic est qu’il n’est pas possible de connaitre la réelle charge restante.

Je précise qu’il existe un autre moyen d’alimenter la caméra, tout simplement en la branchant à un adaptateur secteur DC 5V (via la prise micro-USB). Pour filmer en intérieur, il est utile de savoir qu’il existe une solution alternative aux piles.

Avec la TLC 200 Pro, c’est simple : on pose la caméra, on lance l’enregistrement et on la récupère quand on veut. Pour le coup, je vous mets au défi de faire de même avec le mode timelapse d’un smartphone.

Prix et disponibilité

Le site web Brinno renvoie vers 3 sites marchands où la caméra Timelapse TLC 200 Pro est commercialisé entre 219€ et 249€.

Sachez que la marque commercialise plusieurs accessoires pour la caméra TLC200 Pro. Il y a, comme indiqué plus haut, un boîtier résistant à l’eau mais aussi deux autres objectifs ou encore un support pour la fixer au mur.

Conclusion

La caméra Brinno TLC200 Pro est une caméra dédiée au timelapse. J’aurai apprécié une meilleure qualité vidéo mais on peut dire que le résultat est tout à fait correct. Elle offre une autonomie impressionnante, lancer un enregistrement est un jeu d’enfant et aucun besoin de compétences ou de traitements post-enregistrement pour un obtenir une vidéo timelapse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de saisir votre commentaire
Merci d'entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.